L'Hadopi a reçu en juillet un internaute suspecté d'avoir téléchargé illégalement le film l'Agence tous risques. Au cours de l'entretien, la Haute Autorité a conseillé d'opter pour le protocole de sécurisation sans fil WPA2 et pour un mot de passe plus complexe. Des recommandations évidentes, qui figurent notamment sur le site de l'Hadopi.

Le 23 septembre prochain, Robert Thollot devra se rendre à Paris pour rencontrer la Commission de protection des droits (CPD). Professeur de sciences économiques et sociales, il devra livrer ses explications suite au flashage répété de son adresse IP par TMG, l’entreprise qui collecte pour le compte des ayants droit les adresses IP des internautes suspectés d’enfreindre le droit d’auteur sur les réseaux P2P.

Robert Thollot ne sera toutefois pas le premier internaute français à être reçu, dans le cadre de la riposte graduée, par Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet. Un autre Français a été convoqué par l’Hadopi fin juillet, selon des informations obtenues par PC INpact. Celui-ci est suspecté d’avoir téléchargé illégalement l’Agence tous risques, un film adapté de la fameuse série télévisée.

La rencontre entre cet internaute, dont l’identité n’a pas été révélée, et l’Hadopi a été l’occasion d’aborder la partie sécurisation. La Haute Autorité a recommandé à cet internaute dijonnais, qui a visiblement franchi sans sourciller les différentes étapes de la riposte graduée, de renforcer la protection de sa connexion Internet en optant pour le protocole WPA2 et en choisissant un mot de passe assez complexe.

Des recommandations évidentes et connues

Ces recommandations, si elles sont bienvenues, ne sont pas nouvelles. La Haute Autorité a en effet publié un long article dédié à la protection et sécurisation sur son site web. On peut y lire en particulier que « pour sécuriser votre connexion sans fil, vous disposez d’outils de chiffrement et de gestion de l’authentification. Ce type de protection se fait au moyen de clés et de protocoles cryptographiques (WEP ou WPA)« .

« Le chiffrement WEP présentant des vulnérabilités bien connues et largement exploitées, il est vivement recommandé de porter son choix, si votre équipement le permet, sur les protocoles WPA et WPA2. Les protocoles WPA et WPA2 sont conçus pour palier les carences sécuritaires du WEP. Il s’agit de protocoles plus récents et offrant une sécurité accrue« .

En ce qui concerne le mot de passe, l’Hadopi explique que « le bon usage est d’éviter de laisser la clé par défaut et d’opter pour une clé que vous aurez vous même choisie […]. Il s’agit d’une clé de chiffrement qui doit être la plus longue possible (63 caractères) pour éviter des attaques par recherche exhaustive parmi les clés« . Quant aux moyens de sécurisation labellisés, le site de l’Hadopi est toujours muet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés