Plusieurs fournisseurs d'accès à Internet utilisent un service qui réoriente leurs abonnés vers des pages commerciales, lorsqu'ils recherchent certains termes sur les principaux moteurs.

C’est l’un des risques causés par l’abandon de la neutralité du net, et par un irrespect flagrant de la vie privée des utilisateurs. Le New Scientist révèle qu’une dizaine de fournisseurs d’accès américains se sont offert les services de la sociétés Paxfire, pour réorienter ses abonnés vers des pages sponsorisées lorsqu’ils effectuent certaines recherches à partir de leur navigateur.

Ces FAI, qui ne font pas partie des plus importants aux Etats-Unis mais qui comptent ensemble plusieurs millions d’abonnés, semblent réorienter le trafic destiné à certains moteurs de recherche vers un serveur proxy géré par Paxfire. Ce serveur observe les termes recherchés par l’abonné, et remplace parfois la page de résultat qu’il s’attend à avoir par la page web d’un partenaire commercial. Avec une rémunération à la clé.

Ainsi lorsqu’un utilisateur recherche « Apple », il est directement orienté vers la page de la firme de Cupertino, même s’il recherchait une information sur les pommes, ou la page Wikipédia du constructeur. Idem pour « Dell », et toute une série d’autres termes. Des chercheurs de l’Institut de Berkeley, en Californie, ont ainsi identifié 165 termes détournés par les FAI.

Les FAI concernés auraient arrêté de détourner le trafic de Google, après que la société s’est plainte de ces pratiques. Mais ils continueraient de détourner une partie du trafic de Bing et Yahoo.

L’affaire rappelle celle qui avait frappé Virgin Media (le FAI britannique qui pactise en secret avec Universal Music) en 2008. Le FAI avait annoncé son intention de tester le service Phorm, pour analyser le contenu des pages web visitées par ses abonnés et afficher à la volée des publicités personnalisées. Il avait finalement fait machine arrière pour répondre aux critiques. L’opérateur BT, également, avait testé le service en 2006 et 2007, d’abord en secret. La révélation du profilage des clients avait provoqué un véritable scandale.

L’an dernier, nous avions révélé qu’Orange prévoyait de rediriger aussi certaines recherches, lors d’erreurs de saisies des URL dans les barres d’adresse. Un plan qu’il n’a, à notre connaissance, pas mis en œuvre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés