Le Parti pirate français a écrit à l'ambassadeur allemand au sujet de la saisie des serveurs de son homologue allemand quelques jours avant une élection législative. Pour le mouvement, il s'agit d'une décision arbitraire et disproportionnée ayant conduit à la déstabilisation du sixième parti allemand.

Le Parti pirate viendra-t-il semer la discorde au sein du couple franco-allemand ? Nous n’en sommes pas encore là. Cependant, la formation politique française aimerait bien s’inviter dans les discussions entre les deux Etats européens. En effet, l’Allemagne a saisi les serveurs du Parti pirate allemand dans le cadre d’une enquête française, deux jours avant les élections législatives locales à Brême.

À l’origine de cette saisie, la demande d’assistance judiciaire du parquet de Paris. Celui-ci enquêterait sur des attaques informatiques ayant frappé le site EDF.com en avril dernier. Des faits qui, a priori, n’ont rien à voir avec les activités du Parti pirate, dans la mesure où le mouvement s’est manifesté à plusieurs reprises contre ce type d’action, notamment lorsqu’il s’agit d’ayants droit.

La saisie des serveurs, peu avant une élection, laisse perplexe le Parti pirate français. Dans un courrier adressé à l’ambassadeur d’Allemagne, et publié sur son site, le mouvement souhaite la mise en place d’une enquête sur la saisie des serveurs et la « disproportion » des moyens employés. Le Parti pirate français espère ainsi toucher directement le gouvernement allemand dans l’espoir de normaliser au plus vite cette situation.

« La coupure pendant toute une journée […] était en elle-même préjudiciable à de nombreux internautes, collectifs comme le nôtre, ou encore activistes et manifestants comme il y en a en ce moment en Espagne. Mais plus dérangeant encore est le fait que l’ensemble des services sur Parti pirate aient été déconnectés, alors que leur configuration […] aurait aisément permis aux autorités de limiter la coupure » est-il expliqué.

Le parti poursuit en affirmant « que la coupure globale de l’ensemble des serveurs du Parti pirate était arbitraire et disproportionnée« , dans la mesure où elle est survenue peu avant une échéance électorale importante. « Il est inquiétant d’observer, au sein d’une démocratie européenne, une telle atteinte aux moyens de communication d’un parti politique« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés