Le créateur de ChannelSurfing.com, un site de référencement de liens de programmes TV en streaming, a été identifié, arrêté et inculpé par les autorités américaines, qui l'estiment coupable de contrefaçon.

ChannelSurf Depuis la fin de l’année 2010, les autorités américaines ont saisi un grand nombre de noms de domaines utilisés pour des services réputés illégaux, en particulier de contrefaçon. L’opération In Our Sites qui avait débuté l’été dernier est menée par le département de la justice et les douanes américaines (Immigration and Customs Enforcement), dans des conditions juridiques très contestées. Généralement, la saisie du site se suffit à elle-même, et les poursuites pénales n’ont pas lieu.

Mais TorrentFreak rapporte que le propriétaire de l’un des sites saisis le mois dernier a été arrêté et inculpé de contrefaçon pour « reproduction et distribution » de contenu protégé par le droit d’auteur.

Il s’agit de Brian McCarthy, le créateur du site ChannelSurfing.com qui proposait des liens vers des retransmissions illicites d’évènements sportifs et de programmes TV en streaming. Le site n’hébergeait lui-même aucun flux vidéo, mais conduisait ses utilisateurs vers des services tiers comme Justin.tv, Veetle, VShare ou ZoneIn.tv. Une méthode utilisée aussi par le site espagnol RojaDirecta, dont le nom de domaine a été saisi alors qu’il avait été jugé légal en Espagne.

L’une des raisons qui peut expliquer cette arrestation est qu’à l’instar de Rojadirecta, ChannelSurfing s’est vite remonté sur un autre nom de domaine, ChannelSurf.eu, que les Etats-Unis ne peuvent pas saisir.

Le plus impressionnant sont les moyens déployés pour identifier Brian McCarthy, qui illustrent les enjeux du décret sur la conservation des données qui vient de paraître en France. Ars Technica révèle en effet que les autorités, voyant que le domaine avait été enregistré sous une fausse identité, ont d’abord obtenu auprès du registrar Namecheap l’adresse IP utilisée dans l’espace d’administration. Ils ont alors demandé au FAI Comcast à qui appartenait cette IP. Ils ont aussi demandé à Paypal le nom du titulaire du compte utilisé pour payer Namecheap. Ces informations menaient vers un certain David McCarthy. En revanche, le compte Gmail utilisé menait vers Brian McCarthy. Les enquêteurs ont donc consulté les registres d’état civil pour voir que Brian McCarthy était le fils de David, et un registre des cartes grises de véhicules pour constater que Brian vivait encore chez son père, ce qui a été vérifié par une surveillance sur place. Une enquête auprès des régies publicitaires a enfin permis de constater que l’auteur de ChannelSurfing avait encaissé au moins 90 000 dollars de recettes en cinq ans, soit une moyenne de 1500 dollars par mois.

Cette arrestation n’est a priori que la première d’une série. « Nous allons continuer à enquêter sur les diffusions illégales de programmes (télévisés) sur Internet dans un effort de préserver les intérêts des entreprises légitimes et créatives, et de décourager d’autres de se lancer dans le piratage en ligne« , prévient l’agence de sécurité intérieure.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés