Le plus gros site de streaming vidéo au monde continue à supprimer par dizaines de milliers chaque jour les films et séries piratées qu'il héberge. Et il prépare en parallèle sa propre offre commerciale à prix cassé.

Lundi, nous rapportions un grand ménage fait par le site de streaming MegaVideo sur ses serveurs. Le site Emule-Island qui référence les films et séries TV disponibles sur MegaUpload annonçait en effet la suppression de plus de 30 000 liens en moins d’une semaine. Outre le volume de suppressions, beaucoup plus important que d’ordinaire, nous nous étonnions de la très grande diversité des fichiers supprimés. Il s’agissait aussi bien de séries américaines que de séries françaises, des plus récentes aux plus vieilles ou ringardes (Ma Sorcière Bien Aimée, Premier Baisers…). Une telle diversité semblait démontrer une action de MegaVideo lui-même, plutôt que des demandes de retraits de contenus faites par les producteurs eux-mêmes. Pourquoi une telle coordination, sur une si vaste sélection ?

Depuis, selon nos informations, les liens référencés par Emule-Island et supprimés sur MegaVideo sont revenus à un niveau plus habituel, autour de 3 à 10 %. Cependant, d’autres sites de liens sont désormais victimes du même type de nettoyage massif et soudain.

Un autre très gros site de référencement de vidéos nous a communiqué des listings de fichiers supprimés ces deux derniers jours, et des statistiques internes. Les films et les séries TV ont été touchés dans les mêmes proportions. Alors qu’il comptait 28 000 liens valides vers des films en streaming au début de la semaine dernière, ce site n’en dénombrait plus qu’environ 10 000 mercredi. Sur 50 000 liens d’épisodes de séries TV, il n’en restait plus que 9800 la nuit dernière. Même les animes, qui d’ordinaire sont épargnés par les suppressions, sont aujourd’hui affectés.

Ces suppressions ressemblent à une action automatisée de la part de MegaVideo, comme s’il utilisait lui-même un robot pour détecter les liens référencés sur les sites « pirates », et les supprimer de ses serveurs. Sans demande spécifique de la part des ayants droit.

Lundi, nous écrivions aussi que « selon des rumeurs, l’éditeur de MegaVideo préparerait une offre payante de streaming de séries TV, ce qui pourrait expliquer un certain excès de zèle« . Or il s’agit plus que de rumeurs, puisque l’annonce est faite sur le propre site de la société MegaMedia, qui liste MegaMovie dans ses projets en cours de développement. Il est ainsi décrit, en français dans le texte :

Megamovie arrive en 2011. C’est notre marché pour les films et les séries télévisées de la plus haute qualité au prix le plus bas. Megamovie sera disponible pour tous les créateurs et titulaires de licences, des studios hollywoodiens aux réalisateurs indépendants, en passant par les producteurs TV. Pour un coût minime (beaucoup moins que les offres de l’industrie sur iTunes ou Netflix), ils peuvent téléverser leur contenu et le vendre au grand public. Megamovie sera un marché indépendant de contenu pour que nos utilisateurs puissent profiter du meilleur du contenu, de la qualité et du prix, à l’international.

Est-il encore permis de douter d’un lien de cause à effet ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés