Alors que les lecteurs du Time ont choisi Julian Assange comme personnalité de l'année 2010, la rédaction du Time a préféré élire le fondateur de Facebook, Mark Zuckberg. Pour défendre son choix, le magazine américain a mis en avant l'impact considérable qu'a eu le réseau social sur la vie numérique des internautes.

Finalement, la rédaction du Time n’aura pas suivi le vote de ses lecteurs. Alors que les internautes ont désigné mardi Julian Assange personnalité de l’année 2010, avec 382 024 votes en sa faveur, le célèbre magazine américain a choisi de porter aux nues Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Celui-ci était arrivé dixième dans le classement des lecteurs, avec 18 353 votes.

« Facebook a fusionné avec le tissu social, pas uniquement de l’Amérique, mais du monde entier : près de la moitié des Américains ont un compte Facebook, mais 70 % des utilisateurs Facebook vivent en dehors des États-Unis » écrit le Time pour expliquer son choix. « C’est une donnée permanente de notre réalité sociale globale. Nous sommes entrés dans l’âge Facebook. Mark Zuckerberg est l’homme qui nous y a emmené« .

Malgré ses nombreux travers, le réseau social américain est indéniablement une réussite. Si l’on en croit les données fournies par DoubleClick, 590 millions de visiteurs uniques se rendent chaque mois sur Facebook. Plus de 500 millions d’internautes sont inscrits sur le site communautaire, qui a désormais un réel impact sur le quotidien des gens et sur leur vie privée. En bien ou en mal.

Et comme l’indique très justement Naivos sur Twitter : « Zuckerberg c’est celui qui fout à poil le peuple, Assange c’est celui qui fout à poil les États« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés