Orange commercialisera début décembre les tablettes tactiles d'Apple à un prix moitié moins cher que les offres actuelles. Mais l'opérateur se rattrapera sur les abonnements 3G qu'il faudra obligatoirement souscrire, selon des modalités qui posent question pour la neutralité des réseaux et la libre concurrence.

A l’occasion d’une interview à BFM Business, le patron de France Télécom Stéphane Richard a annoncé qu’Orange commercialisera des iPad dès le début du mois de décembre, au prix de 279 euros. C’est à la fois un fort rabais par rapport au prix public actuel de 599 euros pour l’iPad 3G, et un changement de politique de la part d’Apple qui avait souhaité réserver le lancement de sa tablette tactile à quelques marchands partenaires (Fnac, Darty, Boulanger…).

Mais il vaut mieux voir la réduction proposée par Orange, de plus de 50 %, comme un emprunt remboursable avec intérêts. Car le solde sera bien payé par le consommateur au fil de son abonnement 3G auquel il doit obligatoirement souscrire pour bénéficier de l’offre, pendant 24 mois (ou 12 mois avec surplus). Les forfaits pour l’iPad n’ont pas encore été annoncés, mais il est fort probable qu’ils soient proches voire identiques à ceux commercialisés pour le Galaxy Tab.

Avec engagement de 24 mois, ces forfaits commencent à 31 euros par mois pour SMS, MMS et e-mails illimités, et un forfait data pour le web limité à seulement 1 Go par mois en 3G. Sauf à préférer les SMS/MMS à la navigation sur Internet, ces forfaits sont beaucoup moins intéressants que ceux proposés avec la clé 3G+ d’Orange, qui offrent l’internet illimité à partir de 29,90 euros par mois.

Ce qui pose une première question. Est-ce légitime de proposer des forfaits différents en fonction de l’appareil utilisé, et non en fonction du volume de données consommables ? La question sera d’autant plus forte si les forfaits pour le Galaxy Tab et pour l’iPad ne sont pas les mêmes, car les modes d’utilisation seront très similaires.

De plus, Orange ajoute à ses forfaits pour Galaxy Tab des accès illimités à des services de contenus (60 chaînes TV, Deezer Premium, le kiosque Read & Go, et Orange Maps), qui sauf erreur de notre part ne seront pas décomptés du forfait data limité à 1 Go. Ce qui pose, là encore, la question de la neutralité de l’opérateur et de l’abus de position dominante vis à vis des services concurrents…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés