En réaction aux doutes émis par certains internautes et par certains confrères, nous avons demandé au directeur général du SNEP, Hervé Rony, si l'on pouvait considérer légale l'utilisation de StationRipper...

En décembre 2004, le numéro 1 de Ratiatum Magazine faisait paraître en couverture un titre provocateur : « Comment télécharger des milliers de MP3 légalement« . Il n’y était pas question des plateformes payantes type iTunes mais bien d’un système totalement gratuit : StationRipper. Depuis, le dossier a été mis en ligne sur Ratiatum.com, et relayé par nombre de nos confrères.

Bien que notre deuxième partie expliquait pourquoi l’utilisation de StationRipper était légale, beaucoup d’internautes avaient mis en doute notre interprétation et certains sites (un important site français particulièrement) avaient relayé ce qu’ils pensaient être de nécessaires mises en garde.

Nous sommes en mesure aujourd’hui de renouveler notre affirmation selon laquelle l’enregistrement de 300 flux de webradios simultanément est une chose totalement légale.

Dans un entretien avec Hervé Rony, directeur général du SNEP (le syndicat national de l’édition phonographique), celui-ci nous a confié que « de toute évidence ce genre de logiciels est préoccupant car a priori la copie semble légale« . Ca n’est pas Ratiatum, un site qui défend le droit à la copie privée corps et âme qui le dit, mais bien le responsable du syndicat qui regroupe l’ensemble des majors de l’industrie du disque.

Merci Monsieur Rony :-)

Voilà qui confirme en outre que le P2P n’est qu’un problème parmi tant d’autres posés par la numérisation des œuvres et leur distribution mondiale facilitée par des outils techniques dont nul ne peut arrêter le développement. Ca n’est pas le P2P qu’il faut contraindre, mais bien de nouveaux modèles économiques qu’il faut inventer, et le droit d’auteur qu’il faut faire évoluer…

>> Voir notre dossier StationRipper

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés