Après le grand large, des pirates regardent désormais vers l'espace. En effet, plusieurs militants de la mouvance du Parti Pirate International ambitionnent d'envoyer un site BitTorrent dans l'espace. Un acte avant tout symbolique, afin de se libérer des lois terrestres sur la propriété intellectuelle. Mais quelle est la viabilité d'un tel projet ?

Près de quatre ans après le rachat avorté d’une plate-forme militaire au large du Royaume-Uni, la communauté pirate a un nouveau projet en tête, tout aussi ambitieux. Sur la liste de diffusion du Parti Pirate International (PPI), Torrentfreak a remarqué une discussion sur l’opportunité d’envoyer un site BitTorrent dans l’espace. L’objectif ne serait pas uniquement symbolique, à savoir échapper à l’attraction terrestre, mais aussi pratique pour se mettre hors de portée des lois internationales sur la propriété intellectuelle.

A priori, envoyer un objet dans l’espace n’est pas chose aisée. Pourtant, la tâche n’est pas si insurmontable que ça. Récemment, un père de famille américain et son fils sont parvenus à envoyer un iPhone et une caméra dans une petite embarcation attachée à un ballon météo. En une heure de vol, le conteneur a réussi à atteindre une altitude de 30 kilomètres, au niveau de la stratosphère (seconde couche de l’atmosphère).

°videmment, le projet envisagé par les participants à la liste de diffusion doit être quelque-chose de durable. Pas question de voir le site retomber sur Terre au bout de quelques heures ou quelques jours de vol. Dans ces conditions, il ne serait plus question d’un ballon météorologique mais d’un satellite. Et pour financer sa construction, les pirates suggèrent de passer par une plate-forme de financement comme Kickstarter.

Plusieurs questions restent néanmoins en suspend, en dehors du coût pour obtenir un satellite « pirate ». Si envoyer un site BitTorrent dans l’espace est une chose, Torrentfreak fait remarquer que le projet aura besoin de certains liens avec la Terre. Cela va du nom de domaine à l’adresse IP en passant par une connectivité pour obtenir de la bande-passante. Ces éléments, fournis par une société, pourraient être retirés en cas d’injonction d’un ayant droit. Sans parler de la bête panne matérielle (quid du changement d’un disque dur qui plante ?).

En attendant que des solutions soient trouvées, si elles existent, la discussion a au moins le mérite d’enthousiasmer ses participants. Toujours dans le domaine des symboles, des participants ont suggéré que le lancement d’un site BitTorrent dans l’espace doit nécessairement se faire depuis une quelconque plate-forme ou embarcation marine, dans les eaux internationales. « Pirate » oblige.

Par le passé, plusieurs projets plus ou moins fous, ou plus ou moins réels, ont animé la communauté pirate. En 2007, The Pirate Bay envisageait d’acquérir Sealand pour se libérer de la législation en matière de droit d’auteur. Estimée à 2 milliards de dollars, les administrateurs de The Pirate Bay ont également songé à bâtir leur propre île artificielle. Le prix évoqué alors était bien plus abordable : 50 000 dollars. Au minimum.

( photo NASA : BY-NC )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés