L'utilisation des iPod et des mobiles sera-t-elle bientôt encadrée dans la rue ? Rien n'est moins sûr. Toutefois, une organisation australienne, le Conseil des Piétons d'Australie, a constaté une hausse surprenante de la mortalité des piétons, alors que la mortalité liée à la circulation connait une baisse générale. Les coupables, aux yeux du Conseil, sont évidents : ce sont les appareils électroniques utilisés en pleine rue.

Après la tentative d’interdire les apéros Facebook, va-t-il falloir un jour mettre le holà sur l’utilisation des téléphones portables et des baladeurs multimédias dans la rue ? Pour l’instant, aucune personnalité politique française n’a déposé de proposition de loi allant en ce sens. En Australie cependant, la classe politique locale pourrait rapidement se pencher sur cette éventualité.

La raison ? Selon le Conseil des Piétons d’Australie (Pedestrian Council of Australia), l’utilisation de ces appareils en pleine rue serait à l’origine d’une recrudescence de la mortalité chez les piétons. Ces derniers, trop occupés à consulter leur téléphone ou à écouter de la musique, ne feraient plus vraiment attention à la circulation et s’exposeraient bien plus souvent aux accidents.

« La ‘mort par l’iPod’ est un phénomène relativement récent » a indiqué Harold Scruby au quotidien australien The Age. « Nous devrions nous demander pourquoi le nombre total de morts en voiture décline alors que les accidents mortels concernant les piétons continuent de progresser. Peut-être que l’écoute de ces appareils peut expliquer en partie ce phénomène.

En Nouvelle-Galles du Sud, l’un des États australiens, le nombre de piétons décédés d’un accident de circulation a augmenté de 25 %, passant de 44 morts l’an dernier à 53 en 2010, a expliqué le Sydney Morning Herald. La dernière victime est une femme de 46 ans, qui a été heurtée par une ambulance samedi dernier.

Plusieurs causes peuvent expliquer une même conséquence. Néanmoins, quelques témoins sur place ont indiqué qu’elle portait des écouteurs au moment du drame. À un volume d’écoute suffisamment élevé, elle n’aurait donc pas entendu les sirènes de l’ambulance. C’est du moins l’une des pistes envisagées pour expliquer le décès de cette femme.

Reste que le Conseil des Piétons d’Australie a d’ores et déjà entrepris une opération de communication pour sensibiliser les piétons aux dangers des appareils électroniques utilisés en pleine rue. Cependant, les habitudes prises par les Australiens d’utiliser leur mobile ou leur baladeur ne risquent pas d’être abandonnées à travers une simple campagne, aussi percutante soit-elle.

Dès lors, le Conseil des Piétons d’Australie aimerait que l’Etat prenne les choses en main. « Le gouvernement est apparemment enclin à légiférer sur une une loi pouvant faire perdre deux points aux individus qui écoutent de la musique beaucoup trop fort, mais n’est visiblement pas concerné vis-à-vis d’appareils qui semblent être devenus des armes létales de divertissement« .

Comme le souligne la presse australienne, les piétons qui, par distraction, sont responsables d’un accident de la circulation peuvent faire face à des amendes de 100 dollars au minimum. Selon la gravité de l’accident, l’amende peut être beaucoup plus élevée et le piéton peut être exposé à une peine d’emprisonnement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés