Devrions-nous blâmer le piratage de Ratiatum Magazine qui s'est opéré sur les réseaux P2P dès la sortie du numéro 1 ? Oui, nous devrions. C'est une excuse tellement facile qui permet d'éviter d'avoir à se poser les vraies questions sur les raisons d'un échec. Mais voilà, nous ne sommes pas l'industrie du disque. En réalité, l'éditorial du numéro 2 qui sort en kiosque à partir de mardi prochain commence même par ces mots : "Ratiatum Magazine s'est fait pirater, et tant mieux !". Hier soir, nous apprenions que notre éditeur déposait son bilan, mettant un terme (au moins sur le papier) à la croisade médiatique que nous livrons.

Dans son ensemble, la presse informatique est en crise. Les entreprises de presse ferment leurs portes les unes après les autres et nous avons tous en tête des exemples de publications achevées ou rachetées par de grands groupes qui misent davantage sur la quantité des ventes que la qualité de l’information.

Ratiatum Magazine est une victime de plus de cette crise. Notre éditeur Mediastone, qui avait récemment mis un terme à Net@scope, a subi coup sur coup un résultat négatif sur ses deux publications restantes, Zataz… et Ratiatum. Selon les chiffres qui nous ont été communiqués, Ratiatum Magazine était extrêmement proche du seuil de rentabilité, et ce dès son premier numéro ce qui était très incertain pour une publication axée essentiellement sur son point de vue éditorial, et plus incertain encore face aux manques de moyens promotionnels dont nous avons soufferts. Bien sûr, la ligne éditoriale elle-même tient sa part de responsabilité dans l’échec. Pêché d’orgueil sans doute. Il en fallait pour oser se lancer dans ce pari risqué.

Nous ne regrettons rien.

Nous sommes fiers d’avoir pu porter dans les kiosques exactement la même voix que celle que nous soutenons ici. Pour que cette énergie ne se perde pas, nous avons demandé à l’éditeur la permission de publier gratuitement le premier numéro du magazine, ce qu’il a immédiatement accepté. Puisque celui-ci avait déjà été scanné par un amateur, nous vous encourageons à télécharger sur eMule ou eDonkey la version « piratée » en cliquant ici. En attendant peut-être la version complète qui fut transmise à l’imprimeur, nous avons également placé sur notre serveur une version PDF quasi-finale du magazine (ne manquent que l’édito et quelques pages).

(note à ceux qui se sont abonnés : l’éditeur Mediastone, qui n’a encaissé aucun chèque, nous demande de vous faire savoir que l’ensemble des chèques reçus seront détruits. Il vous remercie, comme nous, de votre confiance)

Numéro 2, sortie en kiosque mardi 18 janvier

Tout vient à point pour qui sait attendre, mais le numéro 2 aura finalement moins d’un mois de retard. Nous vous transmettrons très rapidement la couverture afin de le repérer dans les kiosques.

Au programme de ce deuxième numéro, que nous vous encourageons à acheter et à faire connaître malgré tout :

  • Pourquoi refuser les DRM ? Un grand dossier sur les raisons fondamentales qui doivent tous nous pousser à refuser les outils technologiques qui permettent aux majors d’exercer un contrôle total sur l’utilisation des œuvres par le public.
  • Interview de Sandrino Torelli. Comment la communauté P2P s’unit dans l’intérêt de la recherche sur les maladies génétiques.
  • Les Creative Commons France. Une présentation des licences qui révolutionnent la diffusion de la culture dans le monde, et désormais dans l’hexagone.
  • Comment monter sa propre webradio par P2P. Tous les détails sur les étapes de la création d’une radio en utilisant la puissance de la distribution par Peer-to-Peer
  • Test du KiSS DP-558. Le spécialiste danois des platines DivX nous a permis de tester sa dernière platine. Vaut-elle ses 630 euros ?
  • Laissez-nous créer de la valeur ! Un essai sur la transmission de la création de la valeur des œuvres dans les mains des consommateurs, ou comment l’industrie peut profiter du piratage
  • Et bien plus encore…. (dossier eMule, espionnage sur les réseaux P2P, présentation de Kazaa 3.0, la lutte de l’industrie du cinéma contre les internautes, …)
  • Partager sur les réseaux sociaux

    Articles liés