Dans une note publiée avant-hier, Facebook a annoncé quelques changements au niveau des applications tierces. Désormais, ces dernières devront obtenir l'autorisation de l'utilisateur pour accéder aux parties privées d'un profil. En revanche, les informations en zone publique resteront accessibles, sauf en cas de modification dans les paramètres du compte.

Ce n’est pas une surprise, cela fait désormais plusieurs années que Facebook navigue en eaux troubles sur la question de la confidentialité des données personnelles. Cependant, le réseau social cherche malgré tout à satisfaire autant que possible les utilisateurs les plus inquiets à travers différentes mesures qui, si elles ne sont pas les plus révolutionnaires, témoignent d’une certaine écoute des craintes exprimées par les utilisateurs.

Dernière modification en date, la nouvelle approche de Facebook en matière d’applications tierces. Pour apaiser les nombreuses critiques, le réseau social exige désormais que les applications (cela comprend les jeux) indiquent très précisément à quelles informations personnelles elles auront accès et pour quelle utilisation.

« Avec ce nouveau processus d’autorisation, lorsque vous accédez à une application avec votre compte Facebook, l’application ne pourra par défaut qu’accéder aux parties publiques de votre profil. Pour atteindre les sections privées de votre profil, l’application doit demander explicitement votre permission » a détaillé Bret Taylor, dans un billet de blog.

Selon ce responsable, ce changement témoigne des « deux croyances fondamentales de Facebook : premièrement, vos données vous appartiennent ; deuxièmement, il devrait être facile de contrôler ce que vous partagez. Si à tout moment, vous demandez à un développeur de supprimer les données que vous avez accepté de partager, nous exigerons la suppression de ces informations« . Deux croyances qui ont cependant été fortement bousculées ces dernières années, comme le souligne cette rétrospective de l’EFF.

Ces dernières semaines, le directeur exécutif de Facebook a renforcé la communication du groupe pour conserver la confiance des membres dans le réseau social. Si à court-terme, Facebook n’est pas menacé par un autre concurrent, quelques initiatives prometteuses sont apparues sur la toile, incitant le réseau social à une certaine prudence pour ne pas se laisser surprendre.

« C’est devenu une communauté de plus de 400 millions de personnes en seulement quelques années. C’est un défi de faire qu’autant de personnes restent satisfaites, donc nous agissons rapidement pour délivrer à cette communauté de nouvelles manières de se connecter avec le Web social et entre elle. Parfois nous avançons trop vite ; et après avoir entendu des inquiétudes récentes, nous répondons » avait expliqué Mark Zuckerberg dans une tribune publiée dans le Washington Post.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés