Bannissement d’Apple ou pas, Adobe a bien l’intention de continuer à s’occuper de son lecteur multimédia fétiche, Flash Player. Et qu’importe si du côté de Cupertino on continue de camper sur ses positions, le marché des smartphones est heureusement vaste. Il y a encore des parts de marché à conquérir, et Adobe entend bien le faire savoir.

Dans un entretien accordé à Reuters, le directeur du marketing technique en charge des appareils mobiles chez Adobe a affirmé que la croissance de Flash va se poursuivre ces prochains mois. Selon Anup Murarka, la majorité des smartphones disponibles sur le marché en 2012 sera compatible avec la technologie Flash.

« Vous ne verrez pas seulement Flash sur les Android de Google. Les clients pourront voir des appareils comme Palm, Blackberry, Nokia (Symbian) et Microsoft (Windows Phone 7) supporter pleinement le lecteur Flash » a lancé Anup Murarka. Quand à l’absence de Flash sur les produits Apple, tant pis, même si l’entreprise aurait préféré que la firme de Cupertino laisse le choix à ses clients.

« Peut-être que nous ne sommes pas sur l’iPhone ou l’iPad. Mais quoiqu’il en soit, nous constatons une croissance stable dans le nombre d’installations et dans l’usage de Flash, et nous estimons que cela va se poursuivre« . Une confiance manifestement inébranlable, malgré l’absence d’opportunité à court terme sur des produits très populaires.

Cependant, Adobe devra se méfier d’un éventuel retournement du marché. En effet, les signes en faveur de l’HTML 5 se sont multipliés ces derniers temps et la sortie du Flash Player 10.1 ne suffira pas à freiner cette tendance, malgré les nombreuses corrections de sécurité et l’ajout de nouvelles capacités. Le nouveau standard soutenu par le W3C sera incontestablement amené à prendre de l’importance dans les prochains mois.

D’ailleurs, le responsable du développement du navigateur Internet Explorer, Dean Hachamovitch, avait expliqué que le « Flash connait quelques problèmes, notamment au niveau de la fiabilité, de la sécurité et des performances« . Si l’outil « reste un élément important pour fournir aux internautes une bonne expérience web« , Dean est catégorique : « le HTML 5 est l’avenir du web« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés