M6 poursuit en justice un moteur de recherche spécialisé dans les services de télévision de rattrapage (catch-up TV). La chaîne lui reproche de conduire les internautes vers ses pages internes plutôt que sa page d'accueil...

Il y a un an et demi, M6 avait fait condamner lourdement une start-up française, Wizzgo, parce qu’elle proposait aux internautes un service d’enregistrement de la télévision à distance. Plutôt que d’utiliser chacun son magnétoscope, le site proposait aux internautes de télécharger l’émission enregistrée pour tout le monde par Wizzgo. Pour respecter les droits des chaînes, le site ne permettait cependant le téléchargement qu’aux utilisateurs qui avaient manifesté avant la diffusion leur souhait d’enregistrer le programme. Comme s’ils avaient appuyé sur le bouton de leur magnétoscope. Mais M6 avait décidé de poursuivre Wizzgo en justice, en exploitant ses droits d’auteur pour protéger le monopole de son service de télévision de rattrapage M6 Replay.

Un an et demi plus tard, M6 s’attaque cette fois à un service qui encourage l’utilisation de M6 Replay. Le Monde rapporte ainsi que le tribunal de grande instance de Paris doit rendre le 18 juin sa décision dans un litige qui oppose la chaîne privée au site TV-Replay.fr. Totalement respectueux des droits d’auteur, le site n’est qu’un moteur de recherche qui indexe les programmes disponibles sur les services de télévision de rattrapage respectifs des différentes chaînes de télévision, pour proposer aux internautes un moteur de recherche. C’est une sorte de Google spécialisé dans un type précis de sites.

Mais M6 accuse TV-Replay de contrefaçon et de parasitage. Dans un débat qui ramène à la préhistoire du net, M6 reproche au site de ne pas renvoyer les internautes vers sa page d’accueil M6-Replay.fr, mais directement vers la page du programme recherché par l’internaute. C’est ce que fait n’importe quel moteur de recherche, qui perdrait énormément de son intérêt s’il ne pouvait pas conduire précisément les utilisateurs vers l’information qu’ils recherchent. Au final, tous les éditeurs de sites web y ont gagné, et se sont adaptés en construisant leurs sites de manière plus adaptée aux visiteurs qui arrivent directement sur les pages internes.

Il a été établi depuis près de dix ans dans la jurisprudence française que les « liens profonds » ne sont pas interdits, et qu’ils fondent la nature-même du web. Ceux qui ne l’acceptent pas peuvent toujours par quelques procédés techniques simplissimes renvoyer l’internaute vers leur page d’accueil s’ils accèdent directement à une page interne.

Mais M6, loin de comprendre que des services comme TV-Replay vont lui apporter du trafic et donc du chiffre d’affaires, se plaint de perdre les quelques bandeaux publicitaires que doivent subir ses visiteurs en page d’accueil. M6 ne perd pas pourtant l’essentiel des revenus de M6 Replay, qui sont sur les spots diffusés au sein des vidéos elles-mêmes.

La chaîne devrait donc tout faire, au contraire, pour encourager les services comme TV-Replay qui lui permettent de multiplier son audience en facilitant la vie des téléspectateurs…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés