C’est Brigitte Bardot qui va être contente. Apple milite contre la chasse aux bébés phoques, qui reste l’une des activités humaines les plus controversées à l’égard des animaux. Pratiquée au Canada et en Norvège, elle consiste à fracturer par trois fois la boîte crânienne de très jeunes phoques avec un gourdin, avant de retirer leur peau indemne de toute déchirure par balle. Un peu plus de 300.000 phoques sont ainsi officiellement chassés au Canada chaque année, ce qui correspond à environ un tiers de la population des nouveaux nés.

Pour Apple, il n’est pas question d’en jouer. La firme de Cupertino, qui souhaite écarter de l’App Store toute application qui pourrait heurter les sensibilités, a ainsi refuser l’application iSealClub qui proposait d’incarner un chasseur de phoques. Avec des dessins enfantins, le jeu dotait le joueur d’un gourdin, avec lequel il était possible de frapper la tête des phoques. Aucune goutte de sang n’était visible en cas de succès, et seuls des phoques de taille adultes pouvaient être frappés. Mais Apple a jugé que l’application avait un contenu « douteux ».

Pour le développeur Matt Smyth, c’est l’incompréhension. « Ils autorisent d’autres applications, comme Trophy Hunt pour les ours et les biches et que sais-je encore. Je ne vois pas la différence entre tuer un phoque et tuer une biche« , se défend-t-il.

Et c’est bien le problème pour Apple, qui s’est fait dès le départ le gardien de la morale publique sur l’App Store. Presque par définition, il est impossible d’avoir une morale universelle que l’on peut imposer à tous. Il faut faire des choix, incompréhensibles pour certains, basés sur des critères forcément arbitraires. En quoi la cause de ceux qui militent contre la chasse aux phoques est-elle plus valable que celle de ceux qui militent contre la chasse au gibier ? Le risque, à vouloir ne choquer personne, est de niveler la liberté d’expression vers le plus petit dénominateur commun. Vers un monde sans scandale, sans mauvais goût, sans aspérité, sans saveur. Un monde sûr. Mais un monde chiant.

Mais peut-être Steve Jobs conseillera-t-il d’acheter un téléphone Android à ceux qui veulent tuer des phoques sur leur iPhone, comme il l’a fait pour la pornographie ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés