Régulièrement, Greenpeace s’intéresse aux nouvelles technologies pour distribuer bons et mauvais points aux différentes entreprises visées. Ce mois-ci, c’est Facebook qui porte le bonnet d’âne. La fondation écologiste dénonce dans un rapport .(pdf) le choix du réseau social de construire son datacenter dans l’Oregon et d’avoir choisi comme fournisseur d’électricité PacificCorp, « qui obtient la majorité de son énergie de centrales alimentées en charbon« . Il se félicite au contraire que Yahoo ait choisi d’implanter un nouveau datacenter à Buffalo, dans l’état de New York, où l’essentiel de l’énergie est tiré des centrales hydroélectriques.

Pour Greenpeace, le développement du stockage des données des utilisateurs sur des serveurs distants reliés entre eux (le « cloud computing ») pose un problème majeur d’impact sur le climat, par l’empreinte carbone des data centers. Selon une étude du GeSI, dont les membres sont presque tous des industriels des télécoms forcément intéressés par le gonflage des chiffres, la demande en services d’information et de communication pourrait quadrupler d’ici 2020 avec le développement des TIC en Chine et en Inde. Les émissions carboniques dues aux PC pourraient aussi doubler dans la même période. Mais la même étude, toujours forcément biaisée, conclut que les émissions pourraient globalement baisser de 15 % dans le secteur des TIC grâce à l’effet combiné d’une amélioration des technologies et d’un usage intensif des énergies renouvelables.

Encore faut-il, comme le souligne Greenpeace, que ces énergies renouvelables, plus chères que le charbon ou le nucléaire, soient effectivement choisies par les entreprises qui mettent en place des solutions de cloud computing.

Alors que les datacenters consomment aujourd’hui 330 milliards de kWh, ils pourraient consommer environ 1 milliards de KwH dans dix ans.

Google apparaît dans le rapport comme le meilleur élève. Son datacenter de Dalles utiliserait plus de 50 % d’énergie renouvelable, alors qu’Apple n’en utilise que 3,8 %. L’iPad, qui doit déporter toutes les données vers les datacenters, est à ce niveau une inquiétude pour Greepeace, qui a souhaité profité de la sortie de la tablette d’Apple dans 3 jours pour alerter l’opinion. Yahoo est également salué, avec un datacenter qui utilise 27,7 % d’énergies renouvelables.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés