Envoyé l'an dernier de Bercy vers France Telecom par l'Etat actionnaire, Stéphane Richard devrait prendre la direction opérationnelle du groupe dès ce mois-ci, plus d'un an avant la date prévue. L'actuel PDG Didier Lombard doit annoncer demain son passage de témoin anticipé, et devenir simple président du Conseil d'administration de France Telecom. Une décision qui pourrait avoir des conséquences sur la stratégie industrielle d'Orange.

Il ne devait devenir PDG de France Telecom que deux ans après sa nomination. Finalement, c’est à peine plus de six mois après avoir été nommé numéro deux du groupe que Stéphane Richard devrait prendre la direction opérationelle de France Telecom. L’actuel patron Didier Lombard, fragilisé par une vague de suicides fortement médiatisée, devrait annoncer publiquement mardi qu’il se retire de la direction générale de FT, pour devenir simple président du Conseil d’administration de l’ancienne entreprise publique. Le transfuge de Bercy Stéphane Richard devrait alors être nommé directeur général après que la décision soit entérinée par le conseil d’administration dans les prochains jours ou les prochaines semaines.

Selon Challenges qui évoque une décision imposée par l’Etat actionnaire, « le plus dur pour Lombard a été là de renoncer à présenter le « Grand projet », le plan d’objectifs à trois ans pour le groupe qui devait initialement être annoncé par lui le 15 février, ce qui lui aurait permis, grâce à un train de mesures sociales, de redorer son image avant le conseil du 24 et l’annonce des résultats le 25. Ce sera finalement Stéphane Richard qui annoncera ce plan, a priori reporté à plus tard tant le nouveau DG entend le porter et le peaufiner… et en faire une sorte de discours d’intronisation« .

Le changement de personne à la tête de France Telecom ne sera peut-être sans conséquence pour le respect de la neutralité du net, et la politique concurrentielle du groupe en matière de contenus. « Est-ce qu’il y a une vocation de France Télécom à éditer des chaînes de télévision ? La question est ouverte« , avait avancé Stéphane Richart le mois dernier sur Europe 1, remettant en cause la stratégie d’exclusivité pourtant défendue… par Bercy. « Est-ce que la vocation de France Télécom n’est pas de proposer les meilleurs contenus d’où qu’ils viennent pour ses offres, dans un monde où les exclusivités vont être de plus en plus difficiles à pratiquer ?« .

L’arrivée de Stéphane Richard aux commandes de France Telecom pourrait donc s’accompagner d’un changement de cap sur la politique éditoriale du groupe, comme le souhaitent l’Arcep, les députés, et même Eric Besson lorsqu’il était encore en charge du numérique. On ne peut que le souhaiter, puisqu’il est totalement anormal et contraire à la neutralité du réseau de réserver l’accès à certains contenus au choix de l’opérateur de télécommunications.

Il faut toutefois prendre avec des pincettes ce que déclare Stéphane Richard. Lors de la même interview sur Europe1, le numéro deux de France Telecom avait assuré que l’iPad d’Apple aurait une webcam, qui permettrait de « moderniser en quelque sorte ce visiophone qu’on a connu il y a quelques années« . Or l’iPad n’a pas de webcam, et ce qu’on prenait alors pour une bourde (Apple interdisant toute révélation sur ses produits avant l’annonce officielle) n’était qu’un simple coup de bluff raté.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés