Mise à jour – le film Printemps Soluble est maintenant disponible au téléchargement, gratuitement et légalement (licence Art Libre BY-ND). Pour se faire, il suffit de se rendre sur cette page web. Trois formats sont proposés : DivX, Ogg (format libre) et une image ISO, permettant de graver le film directement sur un disque. Notez que la bande originale, en format MP3, est également sous licence Art Libre.

Article publié le 18 décembre – Ce vendredi soir de 18H30 à 20H00, le collectif Libre Accès organise une conférence-débat sur la « monétisation des cultures libres, entre éthique et modèle économique« . L’évènement aura lieu comme souvent à la mairie du 13ème arrondissement de Paris, 1 Place d’Italie. A la fin du débat, le public pourra assister à la galerie Generic à l’avant-première du film « Printemps Soluble » produit par Kassandre sous licence libre.

Le film est réalisé par Joseph Paris, qui nous avait longuement expliqué l’an dernier sa vision du cinéma libre, à la fois économique et artistique. Les deux aspects étant selon lui intrinsèquement liés. « Le cinéma libre permet… et il n’est pas exagéré que de le dire… d’être libre ! En effet, la combinaison des fonds publics et des investissements des internautes nous permet de ne pas dépendre d’une quelconque puissance, telle une chaîne de télévision, ce qui nous permet d’être entièrement libre dans la création. Dans l’art il faut se libérer de l’ingérence de ses financiers pour être complètement libre« , nous expliquait-il.

Printemps Soluble est, selon son synopsis, « un court-métrage épistolaire qui s’inspire du mythe de Pyrame et Thisbé : l’histoire est celle de deux amants qu’une vie injuste a séparé et qu’une ultime tentative de rapprochement va mener à une fin tragique et inutile« .

La conférence-débat réunira Tristan Nitot (Mozilla Europe), Pierre Baudoin (Wikimedia), Patrick Haour (Jamendo), et l’artiste Sam. Il sera accueilli par Jérôme Relinger, adjoint au maire du 13ème arrondissement chargé des savoirs numériques et de l’internet citoyen, et animé par Jérémie Nestel du collectif Libre Accès.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés