Un joueur américain mal-voyant a porté plainte aux Etats-Unis contre Sony, en exigeant de l'éditeur de jeux vidéo qu'il rende ses jeux massivement multijoueurs accessibles aux personnes victimes d'un handicap.

Les mal-voyants aussi ont le droit de jouer. C’est le message que semble défendre une plainte déposée à l’encontre de Sony, Sony Computer Entertainment America et Sony Online Entertainment par Alexander Stern, un mal-voyant américain qui reproche à l’industriel japonais de ne pas rendre ses jeux-vidéo accessibles aux joueurs victimes d’une déficience visuelle. Déposée en Californie, la plainte prétend que Sony viole une loi américaine sur le handicap, qui dispose que « nul individu ne doit être discriminé sur la base de son handicap dans la pleine et égale jouissance des biens, services, installations, privilèges, avantages ou hébergement dans un lieu d’hébergement public par toute personne qui possède, loue, ou exploite un lieu d’hébergement public« .

Le plaignant reproche à Sony de ne pas rendre ses jeux massivement multijoueurs accessibles aux personnes handicapées. Sans citer d’exemple, on pense bien sûr à Everquest, le plus gros succès de l’éditeur en matière de MMORPG. Alexander Stern semble penser qu’un serveur public de jeu multijoueurs est un « lien d’hébergement public » qui doit donc respecter des règles de non-discrimination du handicap.

Il cite de bons élèves, comme Blizzard qui autorise l’installation d’add-ons réalisés par des tiers pour World of Warcraft, qui facilitent la jouabilité du titre pour les personnes atteintes d’un handicap. De même, le jeu Terraformers de Pin Interactive faciltierait la vie des mal-voyants avec des graphismes haut en contrates, une bousole sonore, et des commentaires audio pour détailler les objets ramassés dans le jeu.

Stern a envoyé plusieurs e-mails et courriers postaux, restés sans réponse. Il allègue par ailleurs d’une perte financière, une ficelle un peu grosse pour exiger des dommages et intérêts. Selon le mal-voyant, en ne faisant pas les efforts pour rendre ses jeux accessibles aux handicapés, l’éditeur aurait interdit à Stern de profiter de sa plateforme de mise aux enchères d’objets virtuels Station Exchange, qui permettent aux joueurs de gagner de l’argent sonnant et trébuchant.

Totalement ignoré du grand public, le problème de l’accessibilité des jeux vidéo est une préoccupation qui n’est pas nouvelle chez les personnes concernées. L’Association Internationale des Développeurs de Jeux (IGDA) a ouvert un groupe de travail dédié, dont le blog est richement alimenté depuis septembre 2007. Il existe par ailleurs plusieurs forums et sites internet dédiés, dont Game-Accessibility.com, ou le site DeafGamers dédié aux sourds. Mais c’est la première fois qu’une personne handicapée s’en remet à la justice pour faire évoluer les mentalités chez les éditeurs de jeux.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés