En pleine controverse, la Chine garde le cap et souhaite déployer son logiciel de filtrage dès que possible, bien qu'aucune date n'est encore avancée. Initialement prévue pour le 1er juillet, la mise en place a été reportée à une date ultérieure, ce qui n'a pas empêché certains fabricants de commencer à l'installer.

Attendre ou non les directives officielles. Alors que le gouvernement chinois a finalement repoussé le déploiement de son tristement célèbre logiciel de filtrage « Barrage Vert » à une date ultérieure, plusieurs fabricants d’ordinateurs ont choisi d’anticiper le nouveau calendrier en incluant déjà le programme dans leurs produits destinés au marché chinois. Un zèle pour le moins inopportun, alors que les critiques chinoises et étrangères se sont multipliées à l’encontre de la Chine et de sa tentative de contrôler plus strictement le net.

Initialement, le « Barrage Vert d’Escorte de la Jeunesse » aurait dû être mis en place dès le 1er juillet, avec l’obligation pour l’ensemble des constructeurs de se conformer à cette nouvelle directive en installant le logiciel sur chaque nouvel ordinateur ou en fournissant un CD spécifique. Le problème, c’est que le le logiciel était bien trop sensible dans certaines situations : les utilisateurs ont rapporté que des images de porcs étaient confondues avec des corps nus d’humains, tandis que certains forums de discussion étaient bloqués et certains termes complètement bannis du réseau, comme le nom du mouvement spirituel Falun Gong. Devant ce tour de vis un peu trop ferme, l’opinion publique elle-même s’était mobilisée.

Mais comme l’a rappelé un responsable du ministère de l’Industrie et de la Technologie de l’Information, « le gouvernement va certainement maintenir sa directive sur Barrage Vert. C’est juste une question de temps« . Officiellement, ce report est du à quelques fabricants chinois qui n’ont pas réussi à tenir le calendrier. En toute logique, nous pouvions nous attendre à une pause dans le déploiement, les différentes sociétés attendant alors les nouvelles instructions du gouvernement.

Pourtant, malgré ce report officiel à une date indéterminée, cela n’a pas empêché le taïwanais Acer et le chinois Haier de commencer à appliquer la directive controversée. « Le logiciel se trouvera sur l’ordinateur, comme l’Etat l’a demandé » a ainsi déclaré un responsable d’Acer, s’empressant de poursuivre qu’il n’y a « aucune raison de s’inquiéter, puisque le fichier de désinstallation est facilement disponible sur Internet« . Interrogé par le China Daily, le géant chinois Lenovo a également indiqué que les nouveaux PC sont bien équipés de « Barrage Vert ».

Du côté des fabricants étrangers, les positions sont plus contrastées. Une porte-parole de Sony a déclaré que les ordinateurs étaient également équipés du logiciel, mais « sous forme de fichier d’installation sur le disque dur« , laissant ainsi à l’utilisateur final le soin de l’installer ou non. Du côté de Dell, choix est fait de temporiser et d’attendre les instructions officielles définitives : « nous continuons à discuter avec le gouvernement chinois et n’envoyons pas le logiciel Barrage Vert« . Enfin, chez HP, un porte-parole a déclaré que la société « travaille étroitement avec l’industrie, pour rechercher des informations supplémentaires, clarifier certaines questions et suivre les développements sur ce sujet« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés