Jusqu'à présent, les réseaux sécurisés (parfois appelés à tort "anonymes") tels Freenet ou Filetopia ne connaissaient qu'un petit succès, mais les récentes poursuites vis-à-vis des internautes ont décidé les développeurs de logiciels P2P à rendre l'identification de leurs utilisateurs plus difficiles ...

On le sait, l’anonymat total n’est pas possible en P2P. En effet, pour qu’un fichier transite d’un ordinateur à l’autre, le destinataire et la source doivent pouvoir s’identifier mutuellement. Cependant, des tentatives ont été faites pour rendre cette identification plus difficile, comme Freenet, Filetopia ou plus récemment Mute. Cependant, la fréquentation de ces réseaux reste faible.

A présent, c’est au tour de réseaux plus « populaires » de s’inquiéter de ce problème. Pablo Soto, créateur du réseau MP2P, utilisé par les logiciels clients Blubster ou Piolet, vient d’annoncer pour ce mois-ci une nouvelle version de son réseau qui intégrerait deux protections supplémentaires destinées à brouiller les pistes. La première attribuerait des adresses IP multiples à un utilisateur, la seconde est un cryptage des données qui circulent.

Là encore, rien d’infaillible, mais la promesse que l’identification de l’internaute sera bien plus difficile aurait peut-être pu faire un peu réfléchir les majors à l’heure où elle semblent avoir choisi l’option de la répression. Pourtant, leur réaction a été plutôt du domaine du scepticisme : selon la RIAA, ils s’agit d’une annonce dont les promesses sont plus des arguments commerciaux que des vérités techniques.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés