Free a indiqué qu'il était prêt à payer 210 millions d'euros pour acquérir le troisième lot de la quatrième licence 3G mis en vente par le gouvernement. Lequel a annoncé ce matin que le prix serait autour de 206 millions d'euros.

Le montant est fixé. Le secrétaire d’Etat à l’Industrie et à la Consommation Luc Châtel a indiqué jeudi à l’occasion d’un débat à l’Assemblée nationale que le montant du lot de fréquences réservé à un quatrième opérateur mobile coûterait « de l’ordre de 206 millions d’euros« . Un chiffre logique qui correspond, pour 5 Mhz, au tiers des 619 millions d’euros qu’avaient payés les trois opérateurs Orange, SFR et Bouygues Telecom, pour 15 Mhz.

Et ça tombe bien. Ce matin, Free s’est dit pêt à payer 210 millions d’euros dans une interview au Figaro, en estimant que ce montant serait « logique et équitable ». « En 2007, la licence coûtait 619 millions d’euros pour 15 MHz. Il est équitable et logique qu’aujourd’hui, 5 MHz reviennent au tiers du prix, soit environ 210 millions, auquel s’ajoute toujours 1 % sur le chiffre d’affaires« , a ainsi déclaré Xavier Niel, le fondateur et principal actionnaire du groupe.

Mais Free pourrait tenter d’acquérir plus que le lot qui lui semble d’ores-et-déjà réservé . »La société dispose d’une structure financière solide et est un des opérateurs les moins endettés d’Europe« , a ainsi rappelé Xavier Niel, comme s’il préparait déjà un dossier d’endettement auprès des banques pour participer à l’appel d’offres sur les deux blocs restants.

Si le calendrier est tenu, les 15 Mhz de la quatrième licence 3G devraient être attribués avant l’été.

Partager sur les réseaux sociaux