Carton rouge. Dans un débat public organisé par le Journal du Net entre les internautes et le rapporteur du projet de Loi pour la confiance dans l'économie numérique (la fameuse LEN), Jean Dionis du Séjour a décrit ce qu'il nomme la voie de l'avenir pour lutter contre le piratage : vigueur des sanctions, et émergence des sites musicaux légaux.

Question : Les gens qui font ce genre de sites illicites ont toujours une longueur d’avance, pensez-vous que même si les FAI bloquent leur site, ils ne trouveront pas un moyen de contourner ce filtrage ?

Réponse : Avez-vous lu les récentes statistique sur la fréquentation de Kazaa ? Elles sont en chute libre. Cela vient à la fois de la vigueur des sanctions aux USA et de l’émergence des sites musicaux légaux. Voilà la voie de l’avenir.

Sans parler de la confusion que l’on pardonnera encore une fois entre P2P et sites Internet, la réponse du député UDF du Lot-et-Garonne a de quoi faire trembler. Nous nous étions pour l’instant gardé du moindre commentaire suite au vote en seconde lecture de la LEN, mais voici qui nous incite à entrer dans les débats. Beaucoup de choses ont été dites par nos confrères, certaines totalement absurdes (telles la supposée disparition du droit de correspondance privée sur les e-mails, toujours et heureusement garantie par notre Droit ; car ce n’est pas parce que le courrier électronique n’est pas toujours privé – telle une newsletter – qu’il est toujours public…), mais d’autres méritaient et méritent encore le débat. L’amendement qui impose aux prestataires un contrôle de tous les sites hébergés est ainsi d’une parfaite stupidité, au moins économique. Le projet de loi dans son ensemble est cependant bon, et nous n’osons douter que les sénateurs auront comme leur rôle l’appelle la sagesse d’écarter les dispositions fantaisistes du texte.

La voie du futur nous guide vers de sombres destins

Les propos ci-dessus mentionnés de Jean Dionis du Séjour appellent une critique qui dépasse le cadre de la LEN. Tout d’abord la fréquentation de Kazaa aux Etats-Unis n’a « chuté » que de 10 %, ce qui est finalement extrêmement peu en comparaison de la force d’action déployée par la RIAA. Il ne faudra pas longtemps pour que le plus gros réseau P2P mondial retrouve son niveau normal. Ensuite si Kazaa a baissé, d’autres réseaux ont vu de nouveaux utilisateurs arriver, ce qui prouve que les utilisateurs ne cessent en rien leur utilisation du P2P, mais ne font que changer leurs habitudes au profit de logiciels plus discrets, ou plus efficaces encore.

Concernant « la voie du futur », permettez-nous d’en douter énormément. La vigueur des sanctions ne fera qu’inciter les utilisateurs à se réfugier vers des réseaux qui protègent leur anonymat. Les réseaux anonymes, havre des pédophiles, vont en conséquence se déployer, résultant dans une protection accrue des téléchargements illégaux, et dans une impunité des violeurs d’enfants. Est-ce vraiment la voie du futur que vous désirez suivre ?

C’est tout un changement du système de gestion des droits d’auteur qu’il faut encourager de vos voeux, et de vos actions. Les solutions profitables aux consommateurs et aux artistes sont devant nous. La peur n’amène jamais rien de bon dans une démocratie…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés