Google va bientôt opérer un changement en faveur de la vie privée sur Android. Mais les ambitions du géant de la recherche sont bien différentes de celles d'Apple.

En 2021, la protection de la vie privée fait vendre. Apple qui l’a bien compris a déployé son blocage du suivi publicitaire il y a quelques semaines.  C’est désormais au tour de Google de rentrer dans la danse.

Une stratégie moins ambitieuse qu’Apple

Comme l’a remarqué le Financial Times dans un article du 3 juin 2021, Google va bientôt déployer de nouvelles options pour réduire le pistage publicitaire sur Android. À partir d’Android 12 (prévu pour l’automne prochain), les propriétaires de mobile Android pourront choisir de ne plus partager leurs identifiants publicitaires uniques avec toutes les apps sur leur téléphone. Mais la stratégie de Google est bien moins ambitieuse que celle d’Apple.

Sur la prochaine version d’Android, Google va donner plus d’options pour la protection de la vie privée // Source : Google

Sur iOS, le suivi publicitaire est désactivé par défaut, ou plutôt, le système oblige chaque app à demander l’autorisation de pister les internautes. Résultat, d’après les premiers chiffres récoltés par le cabinet d’analyse Flurry, dans le monde seuls 15 % des propriétaires d’iPhone acceptent le pistage. Chez Google, l’option sera offerte, mais désactivée par défaut affirme Bloomberg. De quoi considérablement réduire le risque d’un refus massif de la part du public.

Une option bien cachée

Car en réalité, une telle option existe déjà au sein des paramètres Android, mais Google la met très peu en avant. Dans les paramètres Google, il est possible de désactiver la personnalisation des annonces depuis 2013. Ce que Google va opérer comme changement, c’est le fait d’interdire le pistage via des moyens détournés. « L’identifiant publicitaire sera supprimé lorsqu’un utilisateur désactivera la personnalisation[…]. Toute tentative d’accès à l’identifiant recevra une suite de zéros au lieu de l’identifiant » précise Google dans sa documentation à l’intention des développeurs et développeuses.

Si le déploiement de l’App Tracking Transparency chez Apple nous a appris quelque chose, c’est que le public fait le choix de la protection de la vie privée quand la question est posée frontalement et dans un langage clair. Du côté d’Android, si le commerce de données personnelles ne s’est pas arrêté, c’est bien que peu de gens vont fouiller dans les paramètres pour trouver ce genre d’option. La bascule que va opérer Google ne risque donc pas de bouleverser les choses.

On ne peut que se réjouir que Google prenne ce sujet au sérieux et offre enfin de vraies protections à ses utilisateurs et utilisatrices, mais l’entreprise ne va pas jusqu’à se tirer une balle dans le pied. Google reste avant tout une régie publicitaire.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo