Le nouvel outil de suivi publicitaire imaginé par Google fait face à de plus en plus de critiques. Dans cette bataille, Wordpress pourrait bien basculer dans le camp de l’opposition, et emmener une bonne partie du web avec lui.

La nouvelle invention de Google ne fait pas que des heureux. En annonçant son outil de publicité ciblée nouvelle génération surnommée FLoC, le géant de la recherche ne pensait probablement pas déclencher tant d’hostilité.

Le système qui prévoit de continuer à servir de la publicité ciblée aux internautes, en les rangeant dans des « cohortes » aux intérêts homogènes, faisait déjà face à de nombreuses oppositions de la part des éditeurs de Brave, Vivaldi et DuckDuckGo qui se sont saisis de l’occasion pour s’opposer au nouveau projet de Google. Le front de résistance pourrait d’ailleurs gagner un allié de poids : WordPress.

De la publicité discriminatoire ?

Dans un billet de blog, un contributeur de WordPress propose en effet de bloquer par défaut le suivi FLoC sur les sites WordPress. « Cette communauté peut aider à combattre le racisme, le sexisme, la discrimination anti-LGBTQ+ et la discrimination à l’égard des personnes atteintes de maladies mentales en quelques lignes de code », indique la personne derrière la proposition.

Le projet FLoC a déjà de nombreux opposants, dont l’éditeur du navigateur web Vivaldi//  Source : Vivaldi

Ces arguments ne viennent pas de nulle part. FLoC est très critiqué par l’Electronic Frountier Foundation (une organisation pour la défense des libertés numériques) depuis ses débuts. L’ONG estime que « la possibilité de cibler des personnes en fonction de leur origine ethnique, de leur religion, de leur sexe, de leur âge ou de leurs capacités permet de diffuser des annonces discriminatoires en matière d’emploi, de logement et de crédit » et qu’il serait donc bon de construire un monde « débarrassé de la myriade de problèmes qui accompagnent la publicité ciblée ».

Une menace sérieuse pour Google

Si rien n’est encore fait, la menace n’est tout de même pas à prendre à la légère. En effet, WordPress est le système qui fait tourner quasiment 40 % des sites web mondiaux (dont Numerama). Déployer un tel patch pourrait donc sérieusement réduire l’intérêt de l’outil de pistage de Google, qui se verrait amputé d’une énorme quantité de données.

Surtout qu’il serait question de traiter ce dispositif anti-pistage comme une « problématique de sécurité », ce qui en langage WordPress signifie un déploiement rapide sans attendre la prochaine version majeure du système, et un patch proposé également aux anciennes versions. En somme cette proposition a le potentiel de bloquer FLoC sur quasiment la moitié du web mondial avec une simple mise à jour.

L’idée a donc de quoi inquiéter Google, même si une option pour autoriser le suivi est envisagée. Aucun déploiement de code n’a encore été opéré et vu l’ampleur du changement envisagé, nul doute que de nombreux débats auront lieu avant qu’une décision soit arrêtée. Mais le suivi publicitaire nouvelle génération a du souci à se faire.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo