LibreOffice a pris la plume pour s'adresser à Apache OpenOffice. En substance, il lui est demandé de renoncer à sa suite bureautique et de rejoindre celle qui marche vraiment.

Le constat est implacable : il faut remonter au 29 avril 2014 pour retrouver la dernière grande mise à jour d’Apache OpenOffice. Depuis cette date, seuls quelques correctifs ont été publiés, essentiellement pour résoudre des bugs et des failles de sécurité. De son côté, LibreOffice affiche un dynamisme continu depuis sa naissance, au début des années 2010. Sa dernière grande version date du 5 août 2020.

Tel est donc l’état des lieux après une petite dizaine d’années d’existence pour Apache OpenOffice (sa première branche date du 8 mai 2012) et pour LibreOffice (qui a fait ses débuts le 25 janvier 2011). Or pour l’équipe derrière LibreOffice, il est temps qu’Apache OpenOffice se rende à l’évidence : ce projet périclite depuis bien trop longtemps. Il est temps de lâcher l’affaire.

Chronologie des grandes versions
Chronologie des grandes versions. // Source : The Document Foundation

Une date qui n’a pas été choisie au hasard

C’est le sens de l’appel lancé le 12 octobre par LibreOffice sur son blog. «  Aujourd’hui, nous le disons : LibreOffice est l’avenir d’OpenOffice. Soutenons-le tous ensemble ! » Un appel dont la date n’a pas été choisie par hasard : il y a vingt ans, le 12 octobre 2000, le code source d’OpenOffice était rendu disponible par son propriétaire d’alors, permettant ainsi de faire émerger une suite bureautique libre.

Car avant que naissent LibreOffice et Apache OpenOffice, il y avait OpenOffice.org. Née en 2000 sur les fondations de StarOffice, une autre suite bureautique conçue à partir du milieu des années 80 par l’entreprise allemande Star Division, OpenOffice.org a été l’une des grandes réussites de la société américaine Sun Microsystems, qui a pu s’appuyer sur les travaux de Star Division après l’avoir rachetée en 1999.

Si StarOffice a bénéficié d’un développement pendant encore une dizaine d’années, c’est surtout OpenOffice.org qui a pris son essor. En 2009, toutefois, coup de théâtre : c’est au tour cette fois de Sun Microsystems d’être racheté, par Oracle, pour 7,4 milliards de dollars (qui a ensuite cédé le logiciel à la fondation Apache). Cette opération a été le marqueur d’une rupture avec les partisans du logiciel libre, tandis qu’OpenOffice.org s’arrêtait.

« LibreOffice est l’avenir d’OpenOffice. Soutenons-le tous ensemble ! »

De son côté, Oracle a cherché à réunir les branches OpenOffice.org et StarOffice à partir des années 2010, d’abord dans un logiciel appelé Oracle OpenOffice, puis finalement cédé le logiciel à la fondation libre Apache. Quant à la communauté libriste, c’est un autre chemin qui a été emprunté, à partir du code source d’OpenOffice.org, grâce à sa licence permissive. C’est ainsi qu’a vu le jour LibreOffice.

Il aurait été sans doute possible de faire coexister les deux projets en même temps. Après tout, il y a pu y avoir jusqu’à cinq grandes suites bureautiques dérivées de StarOffice ou d’OpenOffice.org. Seulement, Apache n’a pas su ou voulu animer sa solution. Dès 2016 d’ailleurs, la question de l’avenir d’Apache OpenOffice commençait à se poser sérieusement dans les canaux de discussion du projet.

« Ces dernières années, la quasi-totalité de l’activité de développement a eu lieu dans LibreOffice, avec 13 versions majeures et 87 versions mineures », fait observer l’équipe de LibreOffice. «  En 2019, LibreOffice avait plus de 15 000 soumissions de code, alors qu’OpenOffice n’en avait que 595. » Et par ailleurs, LibreOffice a des fonctionnalités sur lesquelles Apache OpenOffice est décevant ou fait défaut.

Ci-dessous, la vidéo de présentation des grandes fonctionnalités de la version 7 de LibreOffice, sortie cet été.

Et LibreOffice de porter l’estocade, en soulignant tout l’écosystème qui gravite autour de la suite bureautique : « LibreOffice possède une communauté florissante, des conférences annuelles, des options de support professionnel, des certifications de développement et de migration, et un solide écosystème commercial ». Dès lors, n’est-il pas temps de préparer une bascule générale sur LibreOffice ?

Les promoteurs de cette suite bureautique ne disent pas qu’il faut abandonner du jour au lendemain Apache OpenOffice. « Beaucoup d’utilisateurs ne savent pas que LibreOffice existe. La marque OpenOffice est toujours aussi forte. » Il y a notamment besoin d’assurer un suivi pour celles et ceux utilisant ce programme, pour régler des soucis surgissant au fil du temps.

Mais pour les autres, il est préférable de les orienter sur une solution à jour et qui a un avenir. «  Faites-leur prendre conscience qu’il existe une suite beaucoup plus moderne, actualisée et prise en charge par des professionnels, basée sur OpenOffice, avec de nombreuses fonctionnalités supplémentaires dont les gens ont besoin », plaident-ils. Reste à savoir si Apache entendra cet appel.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo