Bing change d'identité et de logo. Le moteur de recherche de Microsoft entend signifier plus clairement qu'il appartient à la firme de Redmond.

Bing est mort, vive Microsoft Bing. Depuis le 5 octobre 2020, le moteur de recherche de l’entreprise affiche une nouvelle identité de marque. Pas de bouleversement majeur ici, car le nom du service demeure : il n’est ajouté que le nom de son propriétaire juste devant, afin de rappeler qui en est à l’origine. En parallèle, le logo du moteur de recherche a aussi été redessiné.

Refléter l’intégration de Bing dans les produits de Microsoft

Microsoft n’a pas souhaité s’étendre plus que de raison sur ce qui l’a amené à associer son nom à son service. Le groupe déclare simplement que ce changement « reflète l’intégration continue de nos expériences de recherche dans toute la famille Microsoft ». Il est d’ailleurs rappelé que son outil de recherche sert dans plusieurs autres de ses produits, de Windows 10 à Edge, en passant par Microsoft 365 et Flight Simulator.

L’usage de Bing Microsoft Bing ne s’arrête pas à son écosystème. Son index est aussi exploité par des moteurs de recherche concurrents. C’est le cas de Yahoo, DuckDuckGo, Qwant ou encore Ecosia — pas de façon forcément systématique, car certains de ces rivaux s’emploient à construire leur propre index, ou bien à panacher les résultats en allant prendre des résultats ailleurs.

Le nouveau logo de Bing.

Quant au logo, il abandonne un design anguleux et son aplat de couleur pour un style plus arrondi avec des effets de dégradé dans le bleu. La référence à la première lettre du service est toujours présente, mais l’ensemble est plus doux, comme un ruban qui aurait été replié pour former un « b ». D’ores et déjà, on retrouve ce logo en favicon lorsque l’on visite le site officiel de Bing.

Bing est un moteur de recherche qui a été lancé en juin 2009 avec l’ambition de renverser Google de son trône. Plus de dix ans après, le pari n’a pas été tenu, mais Bing peut au moins se targuer d’avoir aux alentours de 7 % de parts de marché aux USA (moins dans le reste du monde, dont la France). Il peut presque prétendre à plus, si l’on tient compte des autres moteurs de recherche qui passent par lui.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo