Orange annonce être le premier opérateur français à proposer un service eSIM pour l'iPhone XS, XS Max et XR.

Vous savez certainement ce qu’est une carte SIM, mais savez-vous ce qu’est une eSIM ? Il s’agit simplement d’une carte SIM qui est directement intégrée au smartphone (eSIM signifie « embedded SIM », soit SIM embarquée). Autrement dit, il n’est plus nécessaire de l’insérer ou de la retirer, ni de manipuler un petit embout pointu pour éjecter le tiroir qui contient un logement pour l’accueillir.

Si l’on parle de l’eSIM, c’est parce qu’Orange fait savoir depuis le 3 juin qu’il est devenu le premier opérateur français à permettre l’activation de l’eSIM sur l’iPhone. Plus exactement, sur les modèles XS, XS Max et XR, c’est-à-dire ceux qui ont été présentés par Apple le 12 septembre 2018. Les générations plus anciennes ne sont pas éligibles. Il faut également utiliser iOS 12.2 au minimum.

eSIM Orange iPhone
L’activation de l’eSIM chez Orange.

Activation de l’eSIM chez Orange

Dès à présent donc, les clients Orange (il faut disposer d’un forfait mobile Orange ou Sosh hors Mobicarte et forfaits Let’s go) peuvent donc entreprendre des démarches auprès de la société pour bénéficier de cette fonctionnalité. Attention toutefois : la bascule n’est pas gratuite. Comptez 10 euros pour passer de la carte SIM physique à sa version dématérialisée.

Nous avons procédé à l’opération sur un smartphone de la rédaction. Le passage de la carte SIM à la eSIM n’a pris que quelques minutes, le temps de passer quelques écrans dans l’application mobile « Orange & moi » (il vous faudra la mettre à jour pour faire avoir la rubrique « Changer de carte eSIM »). Cependant, la ligne n’était pas immédiatement active juste après l’opération. Un temps d’attente est à prévoir.

La facturation des 10 euros est répercutée sur le mois suivant l’activation.

cartes sim
Bientôt de l’histoire ancienne ? // Source : PublicDomainPictures

Frictions avec les opérateurs

Au moment de la présentation de la fonctionnalité eSIM pour l’iPhone XS, XS Max et XR, Apple n’avait pu lister le moindre opérateur français parmi ses premiers partenaires. D’autres grandes entreprises des télécoms, comme AT&T, T-Mobile, Verizon ou encore Deutsche Telekom, ainsi qu’une demi-douzaine d’autres, étaient en revanche aux côtés d’Apple pour cette annonce.

L’eSIM cristallise aujourd’hui une bataille d’influence entre les opérateurs télécoms et les géants de la Silicon Valley (en témoigne le projet Google Fi, qui pourrait s’étendre à l’Europe). Avec l’eSIM, qui est virtuelle, il peut en théorie être très facile de changer de fournisseur, en se rendant dans les paramètres du smartphone. C’est un risque pour les opérateurs, surtout si les géants du net se lancent dans ce marché.

Partager sur les réseaux sociaux