Google laisse à ses utilisateurs l'opportunité de supprimer toute donnée stockée il y a plus de 3 ou 18 mois.

Depuis quelques mois, la pression des utilisateurs, des états et de certaines entreprises comme Apple pousse les géants du web dont le modèle d’affaires est basé sur la publicité à pivoter vers plus de vie privée. On est loin du privacy by design, mais on ne saurait bouder ces changements : que les plateformes les plus utilisées au monde changent petit à petit de philosophie est une victoire. Et après un Facebook qu’on n’aurait jamais attendu sur ces problématiques il y a quelques années, Google fait un nouveau pas vers les utilisateurs en ajoutant un paramètre important sur les données qu’il conserve.

Dans les semaines qui viennent, il sera en effet possible de régler des paramètres sur son compte Google pour que le géant supprime automatiquement toutes les données qu’il possède sur l’activité sur le web et la localisation des utilisateurs. On pourra donc sélectionner, au choix, de conserver 18 mois de données ou 3 mois de données sur les serveurs de l’entreprise. Tout ce qui a été collecté avant sera supprimé. Une dernière option permettra de tout laisser à Google avant une suppression manuelle.

Ces informations sont utilisées dans les recommandations que Google peut faire (par exemple, vous envoyer vers un restaurant que vous pourriez apprécier sur la base des notes que vous laissez sur Google Maps), mais si vous jugez que leur transmission entrave votre droit à la vie privée, vous pourrez les supprimer automatiquement.

Comment activer la suppression automatique des données ?

C’est assez simple, mais pour l’heure, l’option n’est pas encore apparue sur nos comptes. À la date du 2 mai 2019, Google promet un déploiement « dans les semaines qui viennent  ». Quand ce sera disponible, il suffira d’aller sur les préférences du compte Google qui concernent les données personnelles (lien direct si vous êtes connecté) pour retrouver ces options.

Sur mobile, c’est la même chose. Google propose une petite démo en un gif :

Partager sur les réseaux sociaux