Valve s’est séparé d’une dizaine d’employés. Ils travaillaient visiblement sur la réalité virtuelle.

Encore une mauvaise nouvelle pour le marché de la réalité virtuelle ? Selon les informations de Variety datées du 7 mars 2019, Valve a licencié une dizaine de personnes qui travaillaient sur la réalité virtuelle. Y compris Nat Brown, qui a reçu plusieurs messages de soutien via Twitter après que le couperet est tombé.

L’entreprise à l’origine de la plateforme Valve a confirmé que 13 employés à temps plein sont partis mais cette mauvaise nouvelle « ne représentait aucun changement majeur au sein de l’entreprise ». Variety croit savoir que Valve continuera de travailler sur la VR. D’ailleurs, il rechercherait toujours un ingénieur pour la VR et le hardware

Une autre mauvaise nouvelle pour la VR ?

Cette vague de licenciements parait étonnant dans le sens où certaines rumeurs laissaient entendre que Valve lancerait prochainement son propre casque de réalité virtuelle (avec un certain Half-Life VR). Ces départs préfigurent une focalisation sur le software plutôt que le hardware. Rappelons à ce sujet que Valve a développé la plateforme de distribution SteamVR.

Difficile, dès lors, de savoir précisément où se positionne Valve sur le marché de la réalité virtuelle. L’entreprise revendique pourtant un passif assez actif sur la technologie : elle a aidé à la conception du casque HTC Vive et travaille, depuis plusieurs années déjà, sur des manettes révolutionnaires baptisées Chuckles.

C’est en tout cas un nouveau coup dur pour la division hardware, qui a déjà essuyé l’échec cuisant du boîtier de streaming Steam Link en fin d’année dernière.

Logo Steam // Source : Valve

Logo Steam

Source : Valve

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.