Au CES 2019, AMD a dévoilé sa prochaine architecture graphique, la Radeon VII, et son futur processeur, le Ryzen 3000. Leur point commun ? La finesse de gravure : 7 nanomètres.

L’époque est à la finesse de gravure en 7 nanomètres. En tout cas, pour AMD. Lors de sa conférence au salon CES, qui se déroule à Las Vegas, le fabricant américain de semi-conducteurs a en effet centré son propos sur deux grandes annonces qui font la part belle à la miniaturisation des composants électroniques. Annonces qui portent sur les cartes graphiques et les processeurs, son cœur de métier.

AMD Radeon VII

Du côté des cartes graphiques, il a été question de la Radeon VII, présentée comme le premier GPU dédié au jeu à atteindre les 7 nanomètres. Bâtie sur l’architecture Vega, qui est pensée pour traiter d’importants volumes de données et diverses charges de travail, elle délivre, explique AMD, des performances bien plus élevées que la RX Vega 64, tentative de rattraper Nvidia qui avait fini par être décevante.

Ainsi, par rapport à la RX Vega 64, la Radeon VII est présentée comme ayant deux fois plus de mémoire, deux fois plus de bande passante mémoire, jusqu’à 29 % de performances en plus en jeu en moyenne et jusqu’à 36 % pour d’autres usages — notamment professionnels. Ces scores sont donnés à titre indicatif, puisqu’ils ont été obtenus dans des conditions de test spécifiques, qui ne sont pas forcément celles du grand public.

AMD Radeon VII carte graphique
La carte en vue éclatée. // Source : AMD

Sur scène, AMD s’est aussi permis de faire quelques comparaisons avec son rival de toujours, Nvidia.

Mais si les écarts entre la RX Vega 64 et la Radeon VII sont prononcés, sur des jeux comme Battlefield V, Fortnite et Strange Brigade, c’est moins net avec la Nvidia RTX 2080. Les écarts sont parfois insignifiants. Sur Battlefield V et FarCry 5, on ne gagne qu’une image par seconde avec les réglages à fond et en affichage 4K. C’est plus convaincant avec Strange Brigade, où la différence est plus nette.

Sur le plan technique, la carte utilise donc un seuil de gravure en 7 nanomètres. Elle dispose de 60 unités de calcul et de 3 840 processeurs de flux, cadencés à 1,8 GHz. Elle a par ailleurs une capacité de mémoire de 16 Go en HBM2, avec une capacité de bande passante de 1 téraoctet par seconde.

La Radeon VII doit être disponible à partir du 7 février 2019, à un tarif aux alentours de 700 euros.

AMD Ryzen 3000

Le salon CES a aussi été l’occasion pour AMD de parler des processeurs. Ainsi le fondeur américain a-t-il fait mention des futurs processeurs Ryzen, qui constituera de la troisième génération AMD Ryzen pour les ordinateurs de bureau. Là encore, ces processeurs seront produits avec une finesse de gravure de 7 nanomètres. Ils mobiliseront par ailleurs une toute nouvelle architecture, appelée Zen 2.

Il s’agissait de la première présentation publique du nouveau processeur du groupe, mais les informations techniques délivrées par le constructeur se sont avérées assez brèves. Le processeur est ainsi présenté comme le premier à supporter la connectivité PCI Express 4.0, mais rien n’a été détaillé sur les différents modèles (nombre de cœurs, fréquence de base, mode turbo, etc.).

AMD Ryzen 3000
Le processeur AMD Ryzen 3000 montré sur scène. // Source : AMD

Tout juste sait-on que ces produits devraient, explique AMD, déboucher sur de nouveaux niveaux de performance, ce qui est bien la moindre des choses lorsque l’on entend lancer une itération de ses produits.

Lors de la conférence, un comparatif a été réalisé entre un processeur AMD Ryzen de 3e génération, encore à une étape de préproduction, et un processeur Intel Core i9-9900K. En se basant sur la plateforme de test Maxon Cinebench R15, il a été montré que le premier offrait des performances similaires au second, tout en consommant 30 % d’énergie en moins.

La disponibilité de ces processeurs est planifiée pour la mi-2019 : nous en saurons plus d’ici là.

Partager sur les réseaux sociaux