De nouvelles traductions en français de mots anglais relatifs l'informatique et à l'IA ont été publiées au Journal officiel. Au passage, la traduction de « web », qui existe depuis 1999, a été remplacée.

La Commission d’enrichissement de la langue française ne chôme pas en cette fin d’année 2018. Après la parution au Journal officiel, début décembre, de traductions officielles de termes anglais issus de l’univers du droit et des nouvelles technologies, comme « revenge porn », « cybercrime » et « disruptive innovation », voilà que de nouveaux mots viennent d’être adaptés dans la langue de Molière.

Une traduction de 1999

Deux listes ont ainsi été publiées au Journal officiel, le 9 décembre. La première porte sur le vocabulaire de l’informatique et de l’Internet, tandis que la seconde se focalise sur le jargon de l’intelligence artificielle. À cette occasion d’ailleurs, la Commission en profite pour actualiser la traduction de « web » et ses équivalents (« world wide web » et « www »), avec une proposition plus simple.

Ainsi, il faut désormais parler de « toile » et non plus de « toile d’araignée mondiale ». Cette expression était officiellement en vigueur depuis le 16 mars 1999. Elle n’est désormais plus à utiliser. Pratiquement vingt ans ont passé et la métaphore du web, qui serait comme une toile d’araignée, où les liens hypertextes sont les fils de cette toile, n’est manifestement plus requise.

Les liens sont aussi parfois représentés par des chaînes. Barbara Willi

Cloaking ? Spamdexing ?

Les termes de « cloaking », de « spamdexing » et de « system of engagement » bénéficient aussi d’une traduction. Il faudra désormais faire avec « camouflage » (ou « masquage », « référencement abusif » et « système d’engagement ».

Le camouflage est une technique de référencement abusif, qui consiste à «  proposer deux versions différentes d’une même page de la toile, l’une visible par les internautes, l’autre destinée uniquement aux robots d’indexation des moteurs de recherche », est-il précisé. Quant au référencement abusif, il vise à recourir à des techniques excessives dans le but de mieux apparaître dans les résultats d’un moteur de recherche.

Quant à système d’engagement, il désigne « l’ensemble des services mis en ligne par une organisation pour renforcer ses liens avec ses clients, ses partenaires extérieurs et ses employés ou pour créer des relations entre eux, dans le cadre d’une stratégie commerciale ou managériale, ou encore d’une stratégie de communication ».

Le moteur de recherche Google. // Source : Stock Catalog

L’IA et ses modes d’apprentissage

Au Journal officiel ont aussi été publiés plusieurs mots relatifs à l’intelligence artificielle.

« Apprentissage automatique » (ou « apprentissage machine »), « apprentissage non supervisé », « apprentissage par renforcement », « apprentissage profond », « apprentissage supervisé », « dialogueur » (ou « agent de dialogue »), « neurone artificiel » (ou « neurone formel ») et « réseau de neurones artificiels » (ou « réseau de neurones formels » / « réseau de neurones ») sont officialisés.

Bien entendu, « intelligence artificielle » l’est aussi. Nous avons écrit un glossaire sur ces termes afin d’expliquer les notions qu’ils recouvrent. Les définitions officielles sont toutefois consultables sur le Journal officiel, mais aussi sur le site France-Terme, qui dépend du ministère de la Culture. La plateforme met à disposition une base de données de toutes les traductions en français.

À lire sur Numerama : Petit glossaire démystificateur de l’intelligence artificielle

Partager sur les réseaux sociaux