De nouvelles traductions en français de mots anglais ont été publiées au Journal officiel. Elles concernent des concepts liés à l'innovation, au droit et au cyber.

Revenge porn, disruptive innovation ou bien encore cyberbullying. Ces termes, vous les avez peut-être déjà croisés dans des articles de presse, ou peut-être sur des forums de discussion. Ils décrivent des situations spécifiques, liées au numérique. Des équivalents en français existent pourtant. La Commission d’enrichissement de la langue française a ainsi validé de nouvelles traductions.

Le « revenge porn » se traduit désormais officiellement par « pornodivulgation ». Ce mot recouvre la divulgation d’un média à caractère sexuel, comme une vidéo ou une photo, produit avec ou sans le consentement d’une personne, afin de lui nuire. Cela se fait en général dans un esprit de vengeance, pour blesser son ancien compagnon ou son ancienne compagne après une rupture.

revenge-porn
La pornodivulgation est un phénomène qui affecte en particulier les femmes. En Australie par exemple, un portail gouvernemental a été mis en place pour venir en aide aux victimes.

Innovation, innovation, innovation

Plusieurs termes sur l’innovation ont aussi été adaptés en français, avec des choix assez évidents : « disruptive innovation », « incremental innovation », « open innovation », « reverse innovation » et « sustaining innovation » sont adaptés respectivement en « innovation de rupture », « innovation incrémentale », « innovation ouverte », « innovation inversée » et « innovation continue »

Moins évident, la Commission d’enrichissement de la langue française propose, à la suite de la proposition du groupe d’experts droit et justice, la traduction « vol par effraction électronique » ou bien « vol à la souris » pour « mouse jacking ». Derrière cette expression se cache le fait de procéder au vol d’un bien, comme un véhicule, en procédant au piratage du système informatique qui en contrôle l’accès.

Connaissiez-vous le vol à la souris ?

Du cyber

Toujours dans le domaine du droit et de l’informatique, la Commission fait siennes les traductions de « cybercriminalité », « cyberharcèlement » et de « cyberterrorisme » pour « cybercrime », « cyberbullying » et « cyberterrorism ». On notera que le mot choisi pour le cyberharcèlement couvre d’autres termes anglais : outre « cyberbullying », il sert aussi pour « cyberharassment », « cyberstalking », « Internet bullying » et « online bullying ».

Ces traductions ont fait l’objet d’une publication au Journal officiel, dans deux listes : l’une est centrée sur des termes informatiques et juridiques, l’autre sur des mots de la sphère économique. Une base de données de toutes les traductions françaises est disponible sur le site France-Terme, qui dépend du ministère de la Culture. D’autres termes figurent dans ces récentes listes, mais elles concernent moins le domaine numérique.

Partager sur les réseaux sociaux