Tom Cruise prend le temps d'une vidéo pour vous donner LE conseil à appliquer à chaque achat d'une nouvelle TV. Motionflow chez Sony, Intelligent Frame Creation chez Panasonic, Motion Plus chez Samsung, TruMotion chez LG : voilà les ennemis de l'image à désactiver d'urgence.

Tom Cruise ne s’arrête jamais. Après l’excellent Mission Impossible Fallout, l’acteur quitte les habits d’espion pour renfiler la tenue de pilote pour la suite du cultissime Top Gun. Et, probablement entre deux scènes de cascades qu’il tourne sans doublure, Tom et le réalisateur Christopher McQuarrie ont trouvé le temps de vous donner un conseil fondamental pour regarder des films sur un téléviseur : désactiver toutes les technologies impliquant de l’interpolation artificielle.

Ces effets, activés par défaut sur les téléviseurs et qui donnent l’impression de voir un film tourné avec une caméra à très grande vitesse sont la hantise des réalisateurs et des amateurs de cinéma et de série. En revanche, ils sont adorés par les constructeurs qui les activent à fond et par les magasins spécialisés qui les laissent activés sur leurs téléviseurs de démonstration — l’image est alors absolument fausse et trompeuse, si ce n’est dérangeante, mais elle donne une impression de fluidité qui peut passer pour de la nouveauté.

Désactivez ces horreurs

En réalité, c’est un conseil que nous donnons à chaque fois que nous parlons de télévision. Problème : chaque constructeur donne un nom marketing à sa technologie et la cache dans des sous-menus. La plupart du temps, il faut atteindre les réglages avancés de votre télé, choisir les options vidéo, voire les sous-options avancées, et désactiver tout ce qui pourrait ressembler à un terme impliquant le mot « Motion » ou « Frame ». On la nomme Motionflow chez Sony, Intelligent Frame Creation chez Panasonic, Motion Plus chez Samsung, TruMotion chez LG…

Pour le dire vite, ces technologies traitent l’image affichée et ajoutent des images par seconde avec plus ou moins de succès pour donner une impression de fluidité. Dans le pire des cas, cela transforme toute production audiovisuelle en vidéo irréelle et de qualité médiocre (d’où le nom « d’effet soap opéra » en anglais) et peut aller, dans les programmes de sport, jusqu’à faire disparaître le ballon par intermittence.

Cette fronde des créateurs contre les constructeurs de télévision n’est pas nouvelle : The Verge rappelle que Rian Johnson (Les Derniers Jedi), Christopher Nolan (Interstellar) ou encore Paul Thomas Anderson (The Master) ont appelé par le passé l’industrie à s’accorder sur un réglage off par défaut. Ou, au moins, à faciliter l’accès à cette option détestable dès les menus de configuration rapide.

Partager sur les réseaux sociaux