Marre de l'omniprésence des écrans ? Avec ces lunettes de soleil d'un nouveau genre, vous pouvez filtrer les images, qu'elles proviennent d'un téléviseur, d'un panneau publicitaire ou d'un écran d'ordinateur.

Pour échapper à la publicité en ligne, les internautes connaissent depuis longtemps la parade : le bloqueur de publicités. Une fois installé sur le navigateur et régulièrement mis à jour, il neutralise les encarts et les fenêtres surgissantes que les sites web proposent sur leurs pages. Mais l’outil n’est efficace que sur la toile : il ne peut rien pour la publicité qui est affichée à l’extérieur, dans la rue.

C’est là que les « lunettes IRL » entrent en jeu. Imaginées par deux Américains, Scott Blew et Ivan Cash, elles viennent de faire l’objet d’un financement participatif sur Kickstarter qui s’achève le 31 octobre 2018. L’opération est déjà un succès : alors que les deux hommes demandaient un peu plus de 20 000 dollars, les contributeurs ont dépassé le seuil de 100 000 dollars. Soit cinq fois plus, alors que le crowdfunding n’est pas encore fini.

Adblock IRL

Que promettent donc ces lunettes pour susciter un tel engouement de la part du public ? De tout simplement filtrer la publicité qui apparaît dans le paysage urbain (d’où leur nom IRL, acronyme de « In Real Life » signifiant « dans la vraie vie », un terme bien connu des internautes). Plus exactement, elles filtrent les images provenant des écrans, comme un téléviseur ou un panneau d’affichage.

Les lunettes, qui sont dans une version beta, ne sont pas encore capables de bloquer les images venant de tous les types d’écran. En outre, la comparaison avec un bloqueur de publicités connaît certaines limites : ce type d’outil bloque uniquement les encarts et les fenêtres surgissantes, mais pas le contenu. Ces lunettes, elles, ne sont pas capables de faire la différence entre un programme TV et une annonce.

C’est plutôt un adblock d’écran, en somme. Dans la vidéo de présentation, les quelques personnes invitées à les tester soulignent d’ailleurs à quel point notre quotidien est d’ailleurs envahi par les écrans — et cela ne va pas aller en s’arrangeant, les anciens panneaux publicitaires étant de plus en plus remplacés par des écrans lumineux qui affichent toutes sortes de contenus.

Un écran OLED de Samsung. // Source : Samsung

Pas (encore) pour tous les écrans

Elles peuvent neutraliser l’affichage de la plupart des téléviseurs (LCD/LED) et de certains ordinateurs (LCD/LED), selon les deux concepteurs. Par contre, elles ne sont pas capables de bloquer l’affichage des écrans OLED, une technologie en plein essor dans les smartphones, les téléviseurs et les panneaux publicitaires, car elle offre un contraste, un angle de vue et une réactivité de haute qualité.

Cependant, une version plus aboutie de ces lunettes est prévue. Avec le concours de quelques ingénieurs en optique, les deux hommes ont d’ores et déjà quelques pistes pour mettre au point une mouture capable là aussi de filtrer l’image, de sorte que l’écran donne l’impression d’être éteint. Les moyens obtenus dans le cadre de cette campagne pourraient d’ailleurs participer au financement de ces recherches.

Côté technique, les deux hommes expliquent que les lunettes IRL « bloquent les écrans LCD/LED grâce à la polarisation horizontale. En aplanissant et en tournant l’objectif polarisé de 90 degrés, la lumière émise par les écrans LCD/LED est bloquée, donnant l’impression que le téléviseur ou l’ordinateur devant vous est éteint ». Il est déconseillé de s’en servir au volant.

Une référence à la science-fiction

Quant au design, l’inspiration est venue d’un film de 1988 réalisé par John Carpenter, Invasion Los Angeles. Dans celui-ci, le héros met la main sur une paire de lunettes de soleil spéciale qui révèle le monde tel qu’il est vraiment : la société est gouvernée par des aliens ayant l’apparence d’humains et ces derniers dominent en secret l’humanité au travers une propagande subliminale omniprésente.

Si les deux auteurs ont emprunté à cet univers dystopique le look des lunettes, leur discours n’est pas aussi catastrophique que ce qui est raconté dans le long-métrage. Cependant, ils pointent malgré tout du doigt l’explosion des écrans dans l’espace public et cette sollicitation permanente qu’elle induit. Ces lunettes permettent, d’une certaine façon, d’éviter la saturation visuelle.

Cerise sur le gâteau, les lunettes IRL ne font pas que bloquer l’image des écrans. Ce sont aussi des lunettes de soleil capables de filtrer les rayons ultraviolets. Il n’est en revanche pas prévu, ni à court terme ni à moyen terme, d’en faire aussi des lunettes de vue. Le niveau d’ingénierie requis pour ajuster les verres en fonction de chaque pathologie de la vision est trop élevé pour un « simple » projet Kickstarter.

La livraison des lunettes IRL est prévue à partir d’avril 2019. En juin, les créateurs prévoient de lancer la R&D pour la nouvelle version des lunettes.

Partager sur les réseaux sociaux