Le combat impliquant Tesla et son saboteur présumé continue.

L’affaire entre Tesla et ce qu’Elon Musk appelle son saboteur ne manque pas de rebondissements. Après que le constructeur automobile a décidé de saisir la justice pour faire valoir ses droits, le présumé coupable, qui aime se voir comme un lanceur d’alerte, a contre-attaqué pour espérer récupérer 1 million de dollars. Et il vient d’appuyer un peu plus ses accusations contre Tesla.

Ainsi, Martin Tripp clame à qui veut l’entendre que Tesla installerait des batteries usagées dans ses Model 3. Il entend le prouver en partageant des photos des modules et une liste qui contient les numéros de série appartenant aux modèles concernés. Les informations, récupérées par Electrek le 15 août 2018, ont été réfutées dans ces mêmes colonnes par un porte-parole de Tesla.

Batterie Tesla endommagée // Source : Electrek

Pour Martin Tripp, l’action continue

Martin Tripp semble bien se ficher du dénouement judiciaire qui se prépare en coulisse. Et il se voit sans doute comme un bon samaritain. Après tout, le fait de divulguer en public des numéros de série susceptibles d’appartenir à des voitures vendues avec un vice caché n’a qu’un seul but : globaliser l’affaire pour toucher un maximum de monde. À ce titre, il réussira certainement à faire peur à certains propriétaires d’une Model 3. La tactique apparaît un brin cavalière et ne soignera pas son image.

Ceci étant, bien que ses méthodes soient discutables, Martin Tripp est, jusqu’à preuve du contraire, toujours innocent. Ce sera à la justice de faire son travail. En attendant, Tesla ne préfère pas rentrer dans son jeu, « Comme nous l’avons déjà dit auparavant, ces allégations sont fausses et Mr. Tripp n’a pas conscience des accusations ayant attrait à la sécurité qu’il profère. Aucune batterie endommagée n’a été installée dans une Model 3 et tous les numéros de série identifiés possèdent des modules sécurisés. D’ailleurs, il n’y a jamais eu aucun problème de batterie avec la Model 3. » La suite au prochain épisode. 

Partager sur les réseaux sociaux