Désireux d'améliorer la sécurité sur les routes, Tesla pourrait ouvrir l'accès à sa plateforme logicielle aux autres constructeurs.

Une fois n’est pas coutume, Elon Musk a pris la parole sur Twitter pour faire une annonce à propos de Tesla. Cette fois, point de promesse fumeuse, de volonté d’émancipation boursière ou de troll : il envisagerait de proposer le logiciel de sécurité de ses voitures en open-source.

Cela signifie que les autres constructeurs automobiles, bien que concurrents, pourraient accéder gratuitement aux solutions développées par les ingénieurs de Tesla. Une stratégie misant sur la transparence qu’évoquait déjà la firme en 2014 à l’occasion d’un article sur son blog — il vantait les mérites de « l’esprit du mouvement open source pour l’avancement technologique des véhicules électriques. » À l’époque, il était question de rendre public les brevets.

La sécurité avant tout

Pourquoi diable Tesla serait-il prêt à partager ses secrets avec ses rivaux ? Tout simplement parce qu’il privilégie la sécurité au reste, qui plus est au sein d’un monde qui embrassera bientôt la conduite autonome. À ses yeux, ce désir d’ouverture est nécessaire pour garantir « un futur de conduite autonome sûr pour tout le monde. » Il apparaît aussi comme la suite logique de la posture de Tesla, qui ne manque jamais d’indiquer que les routes seraient moins dangereuses si toutes les voitures étaient équipées de l’Autopilote

Il reste maintenant à voir la question du quand et, surtout, du comment vont réagir les autres marques. Dans un monde idéal, toutes les entreprises du marché s’accorderaient sur un socle commun — software comme hardware. Mais, aujourd’hui, il y a encore trop d’inconnues en matière de conduite autonome pour envisager quoique ce soit.

Partager sur les réseaux sociaux