Le cofondateur de Google soutient un projet de voiture volante, porté par la startup Opener. Larry Page finance désormais plusieurs jeunes entreprises dans le domaine : certaines seraient même en compétition pour quémander son attention.

En mars 2018, deux startups financées par Larry Page, le cofondateur de Google, ont présenté un prototype de taxi volant autonome baptisé Cora. Le projet ne semblait pas suffire à l’informaticien, qui a renouvelé l’expérience en dévoilant au mois de juin la voiture Flyer, permettant d’accueillir un passager et pilotée via un joystick.

Vous l’aurez compris, Larry Page tient absolument à prendre part au business florissant des véhicules volants. Ses deux projets actuels sont désormais suivis d’un troisième, baptisé BlackFly et repéré par nos confrères de The Verge.

Porté par la startup Opener, ce projet ne mentionne pas l’implication de Larry Page sur le site présentant le véhicule. Néanmoins, un communiqué publié le 12 juillet 2018 permet d’établir le lien entre le cofondateur de Google et la jeune entreprise : « Opener, Inc., un pionnier des véhicules aériens pour les voyages grand public a annoncé aujourd’hui que Larry Page est l’un des bailleurs de fonds stratégiques de l’entreprise », précise le document.

Opener

Les startups se disputent son attention

BlackFly est présenté comme un « aéronef tout électrique à décollage et atterrissage vertical et à voilure fixe », destiné à devenir un véhicule aérien monoplace. Il semblerait donc que Larry Page ait la ferme intention peser sur le marché prisé des voitures volantes, à l’heure où Airbus et Uber sont rejoints dans cette course par d’autres constructeurs plus inattendus.

Fait amusant, les sièges de Kitty Hawk et d’Opener se trouvent d’ailleurs à quelques immeubles de distance à Palo Alto, en Californie (États-Unis). Selon The Verge, leurs PDG n’auraient aucun contact, et devraient même rivaliser d’ingéniosité pour obtenir l’attention et les fonds de Larry Page.

BlackFly devra désormais démontrer qu’il est capable de tenir la route (ou devrions-nous dire les airs), comme les véhicules volants de Volocopter et Airbus qui ont déjà eu l’occasion de prendre leur envol.

Partager sur les réseaux sociaux