Cinq ans après l'échec des Google Glass, Google travaillerait sur un casque de réalité mixte à la HoloLens, avec une puce Qualcomm.

Google serait en train de développer un casque de réalité augmentée à la HoloLens, a rapporté le média allemand WinFuture le 18 mai 2018. L’appareil utiliserait des nouvelles puces Qualcomm et serait fabriqué par le taïwanais Quanta Computer.

Ce nouveau casque, qui serait pour l’instant au début du stade de développement, fonctionnerait sur le même principe que les lunettes HoloLens de Microsoft, plus souvent présentées comme un casque de réalité mixte. Cette technologie permet de superposer des objets virtuels sous forme 3D dans un paysage réel.

Ce nouveau casque qui porte pour l’instant le nom de code  « Google A65 » comprendrait également une caméra et un micro. Il n’aurait pas besoin d’être relié à un ordinateur ou un smartphone pour fonctionner.

Publicité pour les HoloLens de Microsoft

Oublier l’échec des Google Glass

Google n’aurait donc pas abandonné ses projets dans la réalité augmentée, malgré l’échec de ses premières lunettes connectées, les Google Glass. Présentées en 2012 et lancées deux ans plus tard auprès d’un public d’observateurs dubitatifs, elles n’ont jamais réussi à se faire une place sur le marché du grand public (trop onéreuses, pas assez maniables, peu utiles). Elles ont finalement trouvé une seconde vie dans le monde professionnel sous le nom Glass Entreprise Edition, une version plus légère et plus pratique des lunettes connectées.

Pour se prémunir contre les risques d’un échec similaire, Microsoft a d’emblée présenté son casque HoloLens comme un outil utile en entreprise : «  Gagner du temps et de l’argent ; libérer la créativité ; mieux former ses équipes ; mieux communiquer auprès de ses partenaires et ses clients… HoloLens profite à de nombreuses entreprises », présente ainsi la multinationale sur une des pages de son site. Elle montre ainsi des cas d’usage comme l’aide à la maintenance, la formation ou le « showrooming » pour présenter des projets à des clients.

Partager sur les réseaux sociaux