La firme annonce une importante refonte de son organisation et se sépare de Terry Myerson, patron de l'unité en charge de Windows et du hardware. Dans la foulée, deux nouveaux grands pôles d'ingénierie sont lancés pour mettre l'accent sur le cloud et l'intelligence artificielle.

Pour Microsoft, le changement, c’est maintenant. Le géant se lance dans une nouvelle réorganisation, peut-être bien la plus important depuis l’entrée en fonction de Satya Nadella en tant que PDG, il y a quatre années de cela. Pour ce dernier, l’objectif est limpide : la mutation doit se faire sous le signe de l’intelligence artificielle (IA) et du cloud afin de tirer parti des activités les plus lucratives de Microsoft, comme Office 365 et Azure Cloud.

Terry Myerson tire sa révérence

Terry Myerson

Premier bouleversement pour la firme, et pas des moindres : le départ prochain de Terry Myerson après 21 ans de bons et loyaux services en tant que patron de l’unité en charge de Windows et du hardwareLe dirigeant a supervisé la transformation de Windows, le voulant à la fois moderne et sécurisé. En 2015,  il crée même l’un des plus puissants pôles d’ingénierie du secteur, le « Windows and Devices ». Mais après plusieurs mois de discussions, voici que Myerson tire sa révérence.

Une nouvelle annoncée par le biais d’une lettre interne adressée à l’ensemble des employés et signée par Satya Nadella lui-même. Dans ledit courrier, le PDG ne s’est pas contenté de remercier Terry Myerson comme le voudrait la coutume, mais en a profité pour aborder les différents ajustements que s’apprête à suivre l’organisation interne des différents pôles d’ingénierie. Pour « assurer que les bienfaits de la technologie touchent les gens plus largement à travers la société »,

Une organisation séparée en trois divisions

Pour ce faire, Microsoft abandonne le Windows and Devices Group de Terry Myerson et décide de séparer l’organisation en trois divisions distinctes : « Cloud + AI Platform », « AI + Research » et « Experiences & Devices ». Menée par Rajesh Jha, vice-président exécutif de la société, cette dernière aura pour mission d’unifier et harmoniser l’ensemble des appareils — aussi bien ceux de Microsoft que des partenaires — avec les logiciels et services conçus par l’éditeur (Windows, Office, etc). « Les expériences informatiques évoluent pour inclure de multiples sens et ne sont plus liées à un seul appareil à la fois, mais s’étendent de plus en plus souvent sur plusieurs [appareils] alors que nous allons de la maison au travail ou en déplacement », explique Satya Nadella.

Une mutation qui n’entraîne pas pour autant la fin de la segmentation de l’ingénierie interne par classe de produit. Windows ou Devices (qui englobe les gammes Surface, Xbox et HoloLens) auront respectivement leur propre unité qui leur est entièrement dédiée.

Mise en place d’un comité d’éthique

Le vice-président du Cloud and Enterprise Group, Scott Guthrie, gagne des gallons et se voit confier l’autre grande entité de Microsoft, Cloud + AI Platform. Un nom sans équivoque qui suggère la nouvelle importance de l’IA au sein de l’entreprise. Le groupe Business AI va fusionner avec le groupe Business Applications sous la houlette du patron de ce dernier, James Philips. L’unité Cloud, qui comprendra désormais Azure, sera placée sous l’égide de Jason Zander, l’actuel vice-président de cette dernière.

L’entité AI + Research sera dirigée par Harry Shum qui codirigera avec le président et directeur juridique de Microsoft, Brad Smith, un comité « AI and Ethics in Engineering and Research »(AETHER). Un organisme qui rassemblera les responsables des principaux acteurs mondiaux de l’intelligence artificielle pour aborder l’aspect éthique de celle-ci. Un projet qui n’est pas sans rappeler la volonté française d’avoir son propre comité d’éthique, comme l’évoquaient tour à tour Cédric Villani dans son rapport, puis Emmanuel Macron au sommet sur l’IA cette semaine.

Partager sur les réseaux sociaux