Les utilisateurs d'Alexa ont été les témoins malheureux d'un étrange phénomène : l'assistant rit parfois tout seul.

Cela commence comme une mauvaise reprise de 2001, l’Odyssée de l’espace, dans laquelle HAL 9000 ne serait pas un robot omniscient, maître à bord d’un vaisseau spatial, mais un assistant domestique qui sait régler des minuteurs et allumer des lumières. En effet, depuis la fin du mois de février 2018, des utilisateurs d’appareils équipés avec Amazon Alexa se sont aperçus d’un comportement étrange : les enceintes rigolent sans avoir été déclenchées. Pour avoir un exemple concret de ce qu’il se passe, l’un des premiers tweets publiés sur le sujet est explicite :

D’après les utilisateurs, ce rire se déclenche automatiquement sans qu’il n’y ait aucune commande, rajoutant de la paranoïa légitime à la surprise initiale. D’après Amazon, ce serait plutôt un mauvais calibrage de leur côté : Alexa déclenche en effet ce rire avec la commande « Alexa laugh » (Alexa, ris !) qui peut être entendue par erreur, étant tout à la fois trop courte et peut-être trop difficile à discerner pour les micros des Echo et autres Echo Dot. Le géant propose ainsi une solution qui devrait régler le souci : ne déclencher ce rire qu’après une demande bien plus longue, précédé d’une phrase introductive (« Alexa, peux-tu rigoler ? », ce à quoi la boîte répond « Bien sûr que je peux rigoler, hahaha »).

Configurer sa phrase de déclenchement : une solution ?

Cela n’explique pas les rires qui ont été déclenchés a priori sans aucun déclencheur, comme plusieurs utilisateurs l’ont affirmé. La piste du bug est toujours envisagée, mais cette histoire tend à rappeler que les micros toujours à l’écoute sont loin d’être infaillibles et, comme ils attendent des séquences de sons pour se déclencher, peuvent parfois être éveillés par des séquences similaires qui n’ont pas grand-chose à voir. Une preuve de concept a montré par exemple qu’il était possible de réveiller un Amazon Echo (comme les autres assistants) avec des ultrasons qui reproduisaient finement les commandes de déclenchement.

Voilà pourquoi la piste de Google qui envisagerait de laisser l’utilisateur personnaliser la commande de déclenchement de Google Assistant est peut-être prometteuse au niveau de la sécurité : si seul votre entourage proche connaît votre mot déclencheur, cela affaiblit le risque d’un piratage à distance. Tout comme celui des faux positifs, si vous configurez bien l’appareil.

Partager sur les réseaux sociaux