Orange fait part de ses ambitions en matière d'enceintes connectées à l'occasion du MWC. L'opérateur a exposé son assistant Djingo lors du salon, tout en restant évasif sur certaines propriétés de l'appareil.

En France, les enceintes « intelligentes » n’ont pas encore réussi à capter l’attention des consommateurs. À l’heure où Amazon inonde le marché américain avec ses produits Echo, seul Google a investi le continent européen avec son enceinte Home, débarquée en France pendant l’été 2017. Parmi les consommateurs francophones, l’engouement pour les assistants de maison semble encore limité.

À l’occasion du Mobile World Congress 2018, Orange a présenté aux visiteurs du salon barcelonais un aperçu de ses propres recherches dans le domaine des assistants de maison. Nous avons pu approcher Djingo, le boîtier de l’opérateur qui ressemble énormément aux assistants d’Amazon et de Google.

Plus petite qu’un Google Home, l’enceinte est assez compacte. Lorsqu’elle vous écoute, un affichage LED s’allume à son sommet. D’ailleurs, la commande vocale qui permet d’activer l’appareil est familière. Si vous voulez vous adresser à l’enceinte connectée de l’entreprise française, vous devez l’apostropher d’un « Ok Djingo » — l’appareil est parfois capricieux pour répondre.

Avec Djingo, Orange ne révolutionne pas le marché : posée au milieu de la maison, l’enceinte sert principalement à interagir avec les différents membres du foyer, qui peuvent lui poser des questions. La démonstration du Mobile World Congress montre surtout les interactions de l’appareil avec la box TV d’Orange — pour lancer un programme en VOD, par exemple.

Orange montre également des interactions entre l’enceinte et un téléphone, pour envoyer des SMS ou téléphoner via Djingo. L’assistant personnel d’Orange pourrait aussi être intégré via le micro de sa télécommande.

Pas encore de moteur de recherche

Pour l’instant, il faut reconnaître que la démonstration n’est pas très impressionnante. L’opérateur met un point d’honneur à expliquer qu’il développe seul l’appareil — et cela se ressent –, précisant simplement qu’un partenariat avec l’opérateur Deutsche Telekom est acté.

Lorsqu’on interroge Orange sur la provenance des informations données par son enceinte, le représentant de l’entreprise répond que l’opérateur « n’a pas encore de partenaire de search ». Ses capacités sont donc limitées : nous lui avons demandé quelle était la taille de la Tour Eiffel et attendons toujours une réponse.

Nous avons aussi cherché à faire du small talk avec l’appareil, en lui demandant de nous raconter une blague : Djingo n’a malheureusement pas trouvé les mots pour nous faire rire.

Djingo est plus efficace lorsqu’il s’agit de lancer une musique. D’ailleurs, l’opérateur français n’hésite pas à souligner la qualité audio de son appareil, « une enceinte stéréo » qu’Orange assure que l’on ne trouvera pas sur un Google Home.

Djingo ne maîtrise pas encore très bien l’art du small talk

Concernant la confidentialité des données, l’opérateur assure que les commandes adressées vocalement à Djingo seront traitées localement par Orange.

L’opérateur souligne que l’appareil se destine exclusivement à ses clients. Le lancement est prévu pour la fin de l’année 2018 : Orange se décidera peut-être, d’ici là, à lever le voile sur l’identité de ses futurs partenaires. Pour l’heure, il reste encore difficile de voir comment l’enceinte connectée parviendra à s’accommoder de la concurrence que lui feront très probablement Google et Amazon.

Partager sur les réseaux sociaux