Porsche n'hésite pas à faire appel à des technologies pour mettre en avant ses produits. Il y a une utilité aussi bien pour le consommateur que pour l'employé.

Perçu comme un constructeur illustre reposant sur un savoir-faire très traditionnel, Porsche n’hésite pas à taper à la porte du futur et du numérique. Non content d’abandonner le diesel après une parenthèse d’à peine dix ans, le géant allemand s’apprête à lancer un premier véhicule 100 % électrique. En attendant, les fans de la marque prestigieuse peuvent déjà avoir un aperçu du bolide prévu pour 2019 à la faveur d’une application baptisée Mission E Augmented Reality à utiliser dans les concessions et les showfloor.

Porsche dit oui aux réalités parallèles

Porsche s’est donc associé à Google pour créer une expérience faisant le pont entre les mondes réel et virtuel. De cette façon, ses clients peuvent d’ores et déjà admirer l’intérieur et l’extérieur de la Mission E grâce à la réalité augmentée. Cette technologie permet d’observer la voiture sous tous les angles, mais aussi d’apprécier la complexité de sa propulsion via des modélisations virtuelles à partir d’un duplicata physique. L’application sera prochainement accessible partout et n’importe quand.

Mais Porsche ne s’arrête pas en si bon chemin. En plus de la réalité augmentée pour les clients, le constructeur offre la possibilité à ses employés de développer leurs compétences en matière de services après-vente via des ateliers reposant sur la réalité virtuelle, autre technologie phare du moment. Ainsi, avec un casque sur la tête, ils peuvent plonger au cœur des voitures et voir des mécanismes de fonctionnement complexes, sinon cachés, afin qu’ils comprennent beaucoup mieux leurs produits. «  Les employés apprennent à interagir avec les modèles virtuels, explorant leurs caractéristiques essentielles  » explique Porsche. Ce sont les possibilités infinies de la réalité virtuelle qui permettent d’accoucher d’un tel outil de formation.

« Les casques VR peuvent, par exemple, offrir une vue sur les chaînes électriques, qui sont cachées sur un vrai véhicule  », ajoute la firme. Cas concret : épaulé par un drone virtuel lui prodiguant des conseils, un technicien peut apprendre une nouvelle procédure de réparation sans risquer d’endommager une voiture. C’est un peu une nécessité alors que les véhicules deviennent de plus en plus technologiques et, par extension, induisent des interventions de plus en plus pointues. Au final, c’est bien vu de la part de Porsche.

Partager sur les réseaux sociaux