Sony a présenté ces Xperia XZ 2 et XZ 2 Compact au Mobile World Congress de Barcelone. Notre prise en main nous assure d'une chose : Sony ne fait décidément pas comme les autres. Et c'est tant mieux.

Prenez un écran borderless, une surcouche Android qui tourne autour de votre marque (et qui n’est pas disponible à sa puissance maximale en France), de la fausse intelligence artificielle, un clone d’Animojis, un double capteur photo et insistez enfin sur la nécessité de créer un écosystème d’objets connectés en marge de Google : vous avez le portrait robot des smartphones de 2018. Sony, de son côté, sort un duo de Xperia (XZ 2 et XZ 2 Compact) qui n’ont rien à voir avec tout cela.

Sony a une vision plus simple et finalement plus réaliste pour ses modèles haut de gamme : proposer « simplement » des appareils bien finis, agréables à utiliser et embarquant les dernières joyeusetés en termes de composants. Le tout, avec un appétit historique tout particulier pour la photo, la vidéo et le son.

On se retrouve donc cette année avec des smartphones qui ressemblent un peu plus à ce qui se fait (plus arrondis) mais qui n’embarquent pas le fameux écran bord à bord. Même pas de loin : les XZ 2 et XZ 2 Compact ont de l’espace au-dessus et en dessous, mais également un millimètre de bordure sur les côtés. L’impression des écrans infinis n’a même pas cherché à être rendue. Et cela ne nous dérange pas le moins du monde à vrai dire : la dalle de 2 160 x 1 080 pixels de 5,7 pouces sur le grand et de 5 pouces sur le petit est vraiment très bien calibrée.

L’excellence sans chichi

En mains, le smartphone séduit tout de suite : on se retrouve avec un dos légèrement bombé qui prend place naturellement dans la paume. C’est étrange de prime abord, dans la mesure où on a l’habitude bien ancrée des dos plats, mais c’est clairement agréable. Les finitions du dos, recouvert de Gorilla Glass, accompagnent ce sentiment d’avoir en mains un produit premium : on sent la robustesse et le travail sur les matériaux opéré par Sony. Bref, ce n’est pas radical, ce n’est pas à la mode, mais ça fonctionne.

En mains toujours, le XZ2 le plus grand embarque un moteur de vibration particulièrement bien calibré. Les possesseurs d’iPhone savent que c’est un point sur lequel Cupertino travaille depuis l’iPhone 6S et qui est très en retrait sur les smartphones Android — et qui, pourtant, participe sans nul doute au sentiment d’avoir un objet bien fini entre les doigts. Ici, le moteur a été calibré avec soin et se configure selon plusieurs degrés d’intensité — aucun de ces degrés ne vous fera croire que vous avez un simple élément vibrant à l’intérieur d’une coque : tout semble dirigé et calibré pour que la vibration soit plaisante à ressentir. Ce moteur est aussi utilisé pour vibrer en même temps que les morceaux de musique que vous écoutez — si vous choisissez de l’activer.

Côté musique, on sent aussi que Sony s’est appliqué à proposer du Hi Res Audio sur toute la gamme. Avec un casque et sur une expérience en aveugle, la différence entre les morceaux en MP3 ou en MP3 haute fidélité est déjà perceptible — même si le son reste une valeur subjective.

C’est enfin sur la partie vidéo et photo que le Xperia XZ 2 nous convainc que Sony ne fait pas les choses à moitié. Les deux appareils sont les premiers smartphones Android à pouvoir prendre des vidéos en 4K HDR — que l’écran du grand peut afficher. La capture des couleurs et de la luminosité sur un spectre très étendu est bluffante dans les vidéos que nous avons pu voir. De même, comme le précédent modèle, le XZ 2 embarque un mode de capture d’image à 960 images par seconde. Oui, c’est ce que Samsung présentait comme une nouveauté pour son Galaxy S9.

Enfin, et ce n’est pas plus mal, Sony balaie d’un revers de la main toutes les hypes actuelles : les assistants intelligents sont ceux de Google, les clones des Animojis ne sont pas nécessaires, l’écosystème connecté n’a pas besoin d’une plateforme propriétaire supplémentaire — peut-être bien plus d’un smartphone capable de supporter les standards.

En clair, les Xperia XZ 2 et XZ 2 Compact arrivent à apporter de la fraîcheur en étant précisément ce que les concurrents ne sont pas : des machines à buzzwords. Reste à voir si le Japonais parviendra à soutenir l’effort de communication autour de ses appareils face à des Samsung ou des Huawei bien plus agressifs sur ce sujet.

Les XZ2 et XZ2 Compact seront disponibles en avril 2018, respectivement à 799 et 599 €.

Voici le top 10 des meilleurs téléphones de 2018 selon nos confrères de FrAndroid :

Article publié initialement le 26 février 2018

Partager sur les réseaux sociaux