Selon des analystes de Jupiter Research, le marché de la musique en ligne en Europe aurait connu 267% de croissance en 2005 et l’année 2006 devrait signer un tournant pour l’industrie du disque.

Jupiter Research est cet institut de recherche britannique qui, en septembre 2003, conseillait aux maisons de disques de faire ami-ami avec les P2Pistes. Ce sont les premiers consommateurs de musique et les clients des plateformes musicales de demain, prévenait déjà Mark Mulligan, analyste spécialiste du marché de la musique en ligne. L’étude, qui faisait des P2Pistes de bons consommateurs, avait été à l’origine du prix de l’humour 2003 gagné par Pascal Nègre, président d’Universal Music France. Confronté aux conclusions de l’étude, M. Nègre répondit : « ce qui prouve bien que Jupiter est bien loin de la terre !« .

Aujourd’hui, Jupiter Research et Mark Mulligan reviennent, avec encore de bonnes nouvelles pour Pascal Nègre. « Après des années de sous-performance, le marché européen de la musique numérique s’est finalement développé en 2005 avec 192 millions d’euros de revenus, ce qui est une croissance énorme de 267% par rapport à 2004« , indique Mulligan. Pour lui, 2006 sera une année clé dans le développement de l’offre, avec notamment l’arrivée des modèles sur abonnement. Toutefois, l’analyste de Jupiter met ces chiffres en perspective.

Tout d’abord, la musique numérique en Europe ne représenterait toujours que 2,2% des revenus globaux de l’industrie, encore largement dominés par le CD. De plus, seuls 5% des internautes européens ont acheté de la musique en ligne l’année dernière, ce qui fait du marché encore une niche très fragile. Et finalement, il faut avoir conscience que seul Apple domine le marché, « donc une grande part de ce que nous voyons est en fait le succès d’Apple plutôt que celui de la musique numérique dans son ensemble« , commente Mark Mulligan.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !