Microsoft mobilise Edge et Bing pour inciter les internautes à ne pas installer Google Chrome, son grand rival.

Vous avez envie de migrer sur Google Chrome ? Si vous vous servez d’Edge pour naviguer sur le web, alors vous avez peut-être déjà constaté de drôles de messages vous dissuadant de changer de navigateur. C’est ce que l’on peut observer lorsque l’on recherche le nom du logiciel dans le moteur de recherche Bing, mais aussi en visitant la page de Google Chrome.

Vous pouvez faire l’expérience : en lançant Edge sur un PC Windows, vous verrez un message dans Bing si vous tapez la requête avec le nom d’un rival (cela marche avec Firefox et Opera, mais aussi Chrome). Un bandeau vous informe que « vous utilisez déjà le nouveau Microsoft Edge » ou « qu’il n’est pas nécessaire de télécharger un nouveau navigateur web. »

Google Chrome dans Edge
Le bandeau dissuasif si on cherche Google Chrome sur Bing, avec Edge. // Source : Capture d’écran

Dans le cas de Google Chrome, néanmoins, les efforts de Microsoft sont accrus pour tenir les internautes éloignés. Lorsque l’on accède à la page de Google Chrome, un petit encart en haut à droite de l’écran apparaît pour vous dire que « Microsoft Edge fonctionne sur la même technologie que Chrome, avec la confiance supplémentaire de Microsoft. »

La nouvelle version du navigateur Edge repose effectivement sur les mêmes bases techniques que Chrome. Cette évolution, annoncée en 2018, a été accompagnée d’une « dé-googlisation », afin de rompre tous les liens de cette base technique avec Google. Implicitement, en parlant de « confiance », Microsoft surfe ici sur l’accusation faite à Google de gagner de l’argent avec vos données.

encart sur Chrome dans Edge
Pourquoi passer à Chrome, alors qu’Edge est pareil, moins les pratiques commerciales et publicitaires de Google ? // Source : Capture d’écran

L’insistance avec laquelle Microsoft s’emploie à écarter les internautes de Google Chrome est allée encore plus loin récemment, comme l’a observé Neowin. Dans une version avancée de Edge, appelée Canary, Microsoft affiche une mise en garde bien plus visible, qui reprend le texte de l’encart précédemment mentionné. Cette fois, le message prend une large portion de l’écran.

Qui domine les navigateurs, domine l’accès au web

Il est à noter que le comportement de Microsoft n’est pas nécessaire isolé. Google, lui aussi, mobilise son écosystème pour faire la promotion de Chrome lorsqu’il voit un internaute visiter ses services et produits avec un autre navigateur. Cela prend notamment la forme d’un encart semblable à celui qu’utilise Microsoft, à ceci près qu’il n’apparaît que sur les sites de Google.

Les navigateurs sont des points de passage indispensables pour accéder au web et chaque éditeur s’efforce de se constituer la plus grosse part de marché possible. Des enjeux cruciaux y sont associés : pour Google, Chrome est un vecteur de trafic vers son moteur de recherche, ses produits, ses services et la publicité — c’est un outil clé qui participe à son modèle économique.

Page d'accueil pour essayer ChatGPT dans Bing // Source : Bing
Page d’accueil pour essayer ChatGPT dans Bing // Source : Bing

Pour Microsoft, Edge et Bing (son moteur de recherche maison) ont aujourd’hui une toute nouvelle dimension stratégique avec l’émergence de ChatGPT. Cet outil, qui est capable de générer du texte à la volée et de répondre à des questions, pourrait remettre en cause la domination de Google sur le web. Microsoft l’a donc déployé sur Edge et Bing, et fait de son mieux pour encourager leur usage.

La bannière agrandie de Microsoft dans Edge ne concerne pour l’instant qu’une version de travail du navigateur. Cependant, on peut s’attendre à la voir apparaître dans la version courante du logiciel, lors d’une prochaine mise à jour. À moins que cet affichage entraîne une levée de boucliers et force Microsoft à rétropédaler quelque peu.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !