Huit ans après sa première enceinte intelligente, Amazon mise sur la maison pour augmenter les ventes de ses produits. Les nouvelles enceintes Echo intègrent un capteur de température et un amplificateur du réseau Wi-Fi.

En plus de donner l’heure et de jouer de la musique, les enceintes vocales seront-elles bientôt capables de tout faire à la maison ? Mercredi 28 septembre, lors d’une conférence dédiée à sa propre gamme de produits, le géant du e-commerce Amazon a annoncé la nouvelle génération de ses enceintes connectées Echo (en plus de son premier téléviseur QLED). Une tendance semble se distinguer : Amazon veut multiplier les fonctions de ses produits, quitte à faire de l’ombre à certains de ses partenaires. Peut-on présager un futur rebond pour le marché des enceintes connectées ?

Une enceinte qui fait plein de trucs

Pourquoi parler de futur rebond ? Parce qu’il ne nous semble pas que les nouveautés annoncées fin septembre sont suffisantes pour rendre les enceintes vocales indispensables. Cependant, elles représentent une première étape vers un changement de stratégie intéressant.

Aujourd’hui, les enceintes vocales sont plutôt populaires, mais c’est surtout dû au fait que les constructeurs les bradent très souvent (il y a beaucoup de partenariats avec les revendeurs comme la Fnac). Leurs fonctions sont assez limitées, comme nous avions pu vous le montrer dans une vidéo comparative. Elles servent surtout à se renseigner (l’heure, le calendrier, la météo…), à jouer de la musique, à lancer un minuteur ou à contrôler sa maison connectée, si on en a une.

Justement, la maison connectée semble être l’axe choisi par Amazon pour entamer l’étape 2 de son plan de conquête. Aujourd’hui, les enceintes connectées contrôlent des accessoires fabriqués par des tiers. Pour connaître la température de sa maison, il faut acheter un thermomètre compatible Apple HomeKit, Google Home ou Amazon Alexa. L’enceinte ne fait qu’interroger les serveurs de son partenaire pour vous communiquer l’information.

La nouvelle Amazon Echo Dot, commercialisée à partir de 59,99 euros, va aller plus loin. Elle intègre directement un capteur de température afin de vous dire combien il fait dans une pièce à partir de ses propres mesures. C’est la première fois qu’un constructeur d’enceintes connectées intègre directement une fonction normalement vendue séparément, sans aucun scrupule envers les fabricants de thermomètres connectés qui pourraient souffrir de cette nouveauté.

La nouvelle Echo Dot ressemble à l'ancienne Echo Dot, mais sait faire plus de choses. // Source : Amazon
La nouvelle Echo Dot ressemble à l’ancienne Echo Dot, mais sait faire plus de choses. // Source : Amazon

Toujours dans le même genre, Amazon a annoncé que ses enceintes connectées, y compris certains modèles déjà commercialisés, pourront bientôt servir d’amplificateur Wi-Fi si vous possédez un de ses routeurs Eero. Autrement dit, une enceinte dans une chambre à l’étage pourrait améliorer le réseau Wi-Fi de toute la maison. Il s’agit d’une stratégie intéressante pour pousser les consommateurs à acheter plusieurs fois le même objet.

Les enceintes vocales, bientôt au cœur de la maison connectée ?

Si ces nouveautés ont plutôt été annoncées dans l’indifférence, elles pourraient dans les prochains mois se transformer en une véritable tendance. Nous ne serions pas étonnés qu’Amazon, Google ou Apple annoncent de nouvelles enceintes Echo, Nest et HomePod avec des thermomètres, des néons ou des alarmes dans le futur. Les constructeurs d’objets connectés ne vont pas aimer, mais de tels virages permettraient de s’équiper de plusieurs objets domotiques d’un seul coup.

Ce qui va dans le sens de cette transformation est l’introduction du protocole Matter, qui va rendre interopérables tous les produits qui y passeront. Pour fonctionner, Matter aura besoin d’un pont de connexion. Les enceintes semblent parfaites pour jouer ce rôle, on imagine mal les constructeurs ne pas en profiter.