L’avion télescope SOFIA fait ses adieux. L’observatoire volant de l’agence spatiale américaine achèvera sa mission, au plus tard le 30 septembre 2022. Mais pour quelles raisons ?

La Nasa a annoncé sur son site officiel mettre un terme à la mission SOFIA (Stratospheric Observatory For Infrared Astronomy), au plus tard le 30 septembre 2022. Pour rappel, c’est par le biais d’un avion Boeing, chargé de transporter un télescope d’observation, que l’agence spatiale avait lancé cette mission. La mission principale s’était terminée en 2019, mais elle avait été prolongée ensuite.

SOFIA Nasa Stratospheric Observatory for Infrared Astronomy
Porte du télescope SOFIA. // Source : Flickr/CC/Ian Abbott (photo recadrée)

Pourquoi mettre fin à la mission du télescope avion SOFIA ?

Le problème est principalement d’ordre financier. Dans son communiqué publié le 28 avril, la Nasa a déclaré avoir « conclu que la productivité scientifique de SOFIA ne justifie pas ses coûts d’exploitation. Le rapport a également révélé que les capacités de SOFIA ne coïncident pas de manière significative avec les priorités scientifiques que l’enquête décennale a identifiées pour la prochaine décennie et au-delà. »

L’enquête des académies nationales sur l’astronome et l’astrophysique 2020, dont il est fait mention ici, a bien évalué l’intérêt de poursuivre la mission SOFIA, en pesant le pour et le contre. La Nasa estime que la faible productivité scientifique de SOFIA justifie un arrêt de l’opération avant la fin de l’année. Qui plus est, les capacités du télescope ne sont plus vraiment liées aux priorités scientifiques actuelles. Le Decadal Survey, la publication officielle du Conseil national de la recherche des États-Unis sur le domaine des sciences planétaires, a recommandé à la Nasa d’arrêter cette mission, ce que celle-ci a accepté de faire.

Quel était l’objectif de la mission SOFIA ?

La mission SOFIA avait pour objectif d’effectuer sept vols scientifiques nocturnes d’une dizaine d’heures et observer ainsi plusieurs cibles célestes critiques dans l’hémisphère sud. Le télescope porté par un avion Boeing s’était d’abord concentré sur le Grand et le Petit Nuage de Magellan, car ces deux galaxies sont gravitationnellement liées à la Voie lactée. Supervisé par une équipe de 20 ingénieurs et astronomes, un seul instrument a été utilisé durant la mission : le spectromètre linéaire imageur, connu sous le nom de FIFI-ILS.

Durant sa phase opérationnelle, le télescope a principalement étudié les amas stellaires, notamment depuis le Chili : c’était là où ils étaient le plus facilement observables. Il a également réussi à capturer des images uniques et exclusives de certaines galaxies, comme la galaxie du Feu d’artifice.