La Chine est parvenue à faire atterrir sur la Lune sa mission Chang'e 5. Que doit-il désormais se passer sur place ? Il faut maintenant récupérer les échantillons lunaires, une étape qui pourrait déjà avoir commencé.

La mission Chang’e 5 a bien réussi à se poser sur la Lune, ont confirmé les agences de presse Reuters et AFP le mardi 1er décembre 2020. La mission avait été lancée le 23 novembre dernier depuis la base de lancement de Wenchang, sur l’île de Hainan, au sud du pays.

Quelle nouvelle étape attend désormais l’atterrisseur ? Son objectif principal est de collecter des échantillons lunaires. Il est prévu de collecter 2 kilogrammes, dans un lieu qui n’a jamais été exploré avant. Cette zone se trouve dans une région lunaire vaste, l’océan des Tempêtes (Oceanus Procellarum), la plus grande des mers lunaires, qui est située sur la face visible de l’astre. La structure fait d’ailleurs partie des éléments que l’on peut voir aisément à l’œil nu ou aux jumelles sur la Lune.

Carte de la Lune. Localisation des missions de retour d’échantillons qui ont été un succès, ainsi que la mission Chang’e 5 en cours. // Source : Wikimedia/CC/Kaynouky (image recadrée)

Si la mission parvient à récupérer les échantillons prélevés, ce sera un symbole important pour la Chine : elle deviendrait alors le troisième pays, après les États-Unis et l’ancienne URSS, à y parvenir. La récupération des échantillons est censée avoir lieu peu de temps après le moment de l’atterrissage : la sonde doit percer le sol à l’aide de son bras robotique, puis transférer les prélèvements dans un module de remontée (qui doit ensuite se rendre en orbite lunaire, pour un rendez-vous avec l’orbiteur).

Le forage et la collecte auraient commencé

Où en est exactement la collecte d’échantillon ? Difficile de le dire pour le moment avec certitude. Reuters indique que, d’après les informations fournies par la Télévision centrale de Chine (CCTV), la collecte des échantillons est normalement prévue dans les deux jours suivant l’atterrissage. Sur Twitter, le journaliste Andrew Jones, correspondant pour SpaceNews et qui suit de près les actualités du programme spatial chinois, a partagé une vidéo le 2 décembre, dans laquelle l’atterrisseur de Chang’e 5 semble bien occupé à forer et récolter des échantillons lunaires. De premiers échantillons lunaires sont peut-être même déjà à bord.

D’autres images, également partagées via le réseau social, paraissent montrer que le forage a bien eu lieu pendant la nuit, avec la perceuse qui se trouve à l’extrémité du bras robotisé de la sonde.

 

Si tout se passe comme prévu, la mission devrait revenir sur Terre à la mi-décembre. Le retour de la capsule d’échantillons doit avoir lieu en Mongolie-Intérieure, à l’ouest de Beijing.

La mission Chang’e 5 est un défi pour la Chine, mais un challenge encore plus grand l’attendra à l’horizon 2023/2024. Avec la mission Chang’e 6, Beijing vise à nouveau une récolte d’échantillons lunaires, mais cette fois sur la face cachée de l’astre. Jamais les États-Unis ou l’URSS n’ont fait une telle tentative.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo