L'étrange vaisseau spatial X-37B de l'US Air Force est revenu sur Terre le 27 octobre, après une mission secrète de plus de deux ans. Il s'agissait de sa cinquième mission. Une sixième est d'ores et déjà annoncée.

Il s’appelle « X-37B » et on ne sait pas grand chose de lui, si ce n’est qu’il vient de battre son propre record de temps passé en orbite autour de la Terre. Construit par Boeing, le mystérieux engin a en effet bouclé le 27 octobre un vol spatial continu de 780 jours, battant ainsi très largement son précédent exploit de 717 jours, établi le 7 mai 2017, date à laquelle il revenait se poser au centre spatial Kennedy.

Des missions confidentielles

Plusieurs théories circulent sur le rôle de ce véhicule spatial sans pilote. Vu la durée de ses missions, le X-37B pourrait servir de banc de test pour éprouver divers matériaux face aux contraintes d’un vol spatial aussi long, comme lors de la phase de rentrée atmosphérique, qui sollicite fortement le bouclier thermique. Cependant, un tel test n’a pas besoin au préalable de réaliser un vol aussi long.

Le X-37B n’est pas très imposant, comme on le devine avec le personnel autour. // Source : Jeremy Webster

Des essais au niveau de sa propulsion et de sa gestion d’énergie collent davantage avec la durée et la nature du test, néanmoins la grande confidentialité qui entoure le projet suggère évidemment que le programme a une dimension militaire : évaluation de capteurs, écoute, reconnaissance, visite (et neutralisation ?) de satellites adverses, déploiement de satellites ou d’armement, etc.

L’armée américaine se contente de décrire le X-37B comme un « programme d’essai expérimental visant à démontrer les technologies d’une plateforme d’essai spatiale sans pilote, fiable et réutilisable pour l’U.S. Air Force ». Deux objectifs sont avancés : la validation de technologies spatiales réutilisables et la réalisation d’expériences opérationnelles qui peuvent revenir sur Terre et être examinées.

Des vols de plus en plus longs

Pour ce vol, le cinquième réalisé par le X-37B, aussi appelé OTV (Orbital Test Vehicle), l’engin a « atteint avec succès tous les objectifs de la mission », explique l’Air Force, qui n’a pas pu entrer dans les détails, ceux-ci étant classifiés. Ce qui est toutefois admis, c’est que l’engin est capable d’accueillir de petits satellites (et donc, en toute logique, de les déployer) à bord. Leur rôle n’a pas été précisé.

Le X-37B lors de son premier retour sur Terre, en 2010. // Source : U.S. Air Force

Le X-37B avait été mis en orbite en septembre 2017 par un lanceur opéré par SpaceX — le Falcon 9. Il s’agissait de la première mission de ce genre pour l’entreprise américaine. Avant, c’est la coentreprise entre Boeing et Lockheed Martin, United Launch Alliance, qui se chargeait des mises en orbite. Elle en a réalisé quatre entre 2010 et 2015 avec son lanceur Atlas V.

Il faut noter au passage que la durée que passe le X-37B est de plus en plus longue : lors de la première mission, le vaisseau spatial n’était resté « que » 225 jours en orbite. La mission suivante a doublé cette durée, avec 469 jours sans discontinuer. Puis ce furent les records des 675 et des 717 jours qui tombèrent par la suite. On peut s’attendre à ce que d’autres paliers soient franchis dans quelques années.

Un prochain vol est d’ailleurs prévu pour 2020.

Partager sur les réseaux sociaux